Antisemitisme et Antisionisme

Un meurtre que la France n’ose pas nommer – Par Nidra Poller

Cet article a été publié en langue anglaise sur le site Times Off Israel.

Nidra Poller est une écrivaine américainne qui a vécu à Paris depuis 1972. Elle est l’auteur d’œuvres de fiction…

Amour, frustration, exaspération. Trois mois après que Sarah Halimi ait été sauvagement assassinée par Kobili Traoré, le suspect est toujours hors de portée dans un hôpital psychiatrique, laissant l’enquête criminelle à l’arrêt. Une mise à jour et un plan d’action ont été présentés lors d’une conférence de presse du 4 juillet organisée par le Comité de soutien / Vérité et Justice pour Sarah Halimi, sous les auspices de la CJFAI (Confédération des Juifs de France et des Amis d’Israël) dans un restaurant au cœur de la station des Invalides.

M. Gilles William Goldnadel, avocat du frère de la victime, William Attal, l’ancien commissaire de police  Samy Ghozlan et président du BNVCA (Bureau National de vigilance contre l’antisémitisme), et le député Meyer Habib ont présenté les faits connus à ce jour.

Malgré les horreurs de l’affaire, la présentation, modérée par Richard Abitbol et André Ajouté, était respectueuse, digne et déterminée. Pas de gémissements, pas d’accusations sauvages.
Le comité de soutien compte 7 000 membres, y compris les penseurs distingués Georges Bensoussan, Pascal Bruckner, Luc Ferry, Alain Finkielkraut, Eric Marty et plus encore.

J’étais en Israël le 22 mai lorsque les avocats représentant les enfants adultes de Sarah Halimi – les avocats Jean-Alexandre Buchinger et David-Olivier Kaminski – ont présenté leur position lors d’une conférence de presse. Sans susciter de controverse, il faut entendre qu’ils favorisent une approche prudente «loyaliste», alors que Maître Goldnadel, un éditorialiste à pic et sans mots et ancien président de l’Association franco-israélienne, est plus combatif. En cause : l’échec de l’application de la loi à intervenir alors que Traoré a battu et torturé Sarah Halimi. L’autopsie conclut que la victime était encore en vie quand elle a été jetée de son balcon du 3ème étage. Au moins six policiers étaient dans le bâtiment, attendaient des renforts avant de tenter d’appréhender l’agresseur.
Mais trop tard.

Un bref examen des faits corroboré par le rapport de la police.

Kobili Traoré, âgé de vingt-sept ans, d’origine malienne, un récidiviste avec au moins vingt condamnations pour vol, violence et drogue, n’a pas d’antécédents psychiatriques. Dans la mesure où on le sait à ce stade de l’enquête, aucune défense de l’instabilité mentale n’a jamais été présentée dans les diverses procédures pénales et / ou les peines d’emprisonnement. Le 3 avril, après avoir prétendument passé l’après-midi à fumer de la marijuana avec des amis, il est venu à la maison dans un état agité et a fait des problèmes et sa mère l’a éjecté au milieu de la nuit. Apparemment, elle n’a pas demandé d’aide médicale ni de protection de la police. Aucune entrevue ou déclaration de la famille n’a été rendue publique à ce jour. Traoré a cherché refuge auprès des voisins maliens, la famille Diara, qui l’a pris sans méfiance. Mais il était tellement agressif qu’ils se sont barricadés dans une pièce et ont appelé la police. Trois agents arrivèrent en quelques minutes et se tenaient à l’extérieur de la porte de l’appartement où Diara Traoré se promenait, récitant fort les vers coraniques.

Trois policiers de plus sont arrivés, mais ils ne sont pas entrés dans l’appartement parce que, selon le rapport de la police, ils soupçonnaient qu’il soit un terroriste (les versets coraniques).

Alors qu’ils attendaient des renforts, Traoré a grimpé du balcon de Diara puis au balcon suivant, a brisé la fenêtre et il est tombé sur sa voisine juive orthodoxe Sarah Halimi, une retraité de 65 ans, tout en criant allahu akhbar, shietan (diable), il l’a battue et l’a torturée, interjeta des vers coraniques avec des actes barbares indescriptibles. Un voisin à travers la cour a appelé la police et a enregistré plusieurs minutes de l’incident.
Mais la police était déjà là et n’est toujours pas intervenue.

Peu importe combien de fois ce fait est déclaré, répété, corroboré, je ne peux pas le signaler sans un sentiment de consternation. Au moment où les forces d’élites sont arrivées, 50 minutes après la première réponse à l’appel de Diara, Sarah Halimi était morte dans la cour et Kobili Traoré était de retour dans l’appartement de Diara, récitant calmement des versets coraniques et se vantant : « J’ai tué le quartier de shietan ». Il a été arrêté et placé en détention psychiatrique. À ce jour, le psychiatre nommé par le tribunal n’a pas renvoyé son rapport à la police ou aux autorités judiciaires, et Traoré n’a pas été interrogé par les enquêteurs de la police.
Le motif antisémite n’a pas été inclus comme une circonstance aggravante aux accusations auxquelles il est confronté.

Deux éléments d’incompréhension :

Goldnadel, exprimant son extrême répugnance à prendre des mesures contre la police, elle-même cible de la violence islamique qui massacrait Sarah Halimi, respectait néanmoins les instructions de son client pour déposer une plainte pour déni de service. Pourquoi la police n’est-elle pas venue au secours d’une femme dont les cris retentirent dans la cour, dont l’agonie interminable s’étendait pour une éternité, qui aurait pu être sauvée en quelques minutes ?
Un rapport de police interne a conclu que l’application de la loi avait suivi les procédures acceptées et qu’il n’y avait pas besoin d’une enquête plus approfondie.

Le député Meyer Habib, qui représente les citoyens français en Israël, en Grèce, à Chypre et en Italie, a souligné qu’il ne faut qu’un peu moins d’une minute et demi pour mettre fin à une attaque terroriste en Israël ; Le massacre du Bataclan qui a laissé 90 morts a duré trois heures avant que les forces appropriées aient reçu les ordres appropriés et aient neutralisé les tueurs. Pourquoi la police a-t-elle résisté pendant l’épreuve interminable de Sarah Halimi ? Aux ordres de qui ont-ils obéi ? De quel niveau de la hiérarchie ? Pourquoi attendaient-ils des ordres lorsque, en fait, l’échec de sauvetage est une infraction pénale ? Une question mène à une autre et nous ne pouvons même pas être sûrs que l’enquête fournira des réponses claires. Pourquoi le juge est-il suspendu au lieu de qualifier le crime d’antisémite ? Pourquoi les médias restent-ils silencieux lorsque ce crime atroce a été commis entre le premier et le deuxième tour des élections présidentielles ?
Comme si la sécurité liée au massacre du jihad n’était pas un problème de campagne légitime !

Si les conseils respectifs diffèrent selon la stratégie et la tactique, ils se sont unis dans la détermination d’établir la nature antisémite du meurtre et d’amener le tueur de son refuge dans un asile psychiatrique à faire face à ses responsabilités en cour criminelle et, enfin, à mettre en lumière l’échec évident de la police à intervenir sur place et à protéger la vie de la victime. Leur stratégie changera-t-elle avec l’ajout, annoncé de l’avocat Francis Szpiner à l’équipe juridique ? Szpiner représentait la famille d’Ilan Halimi dans l’affaire contre le Gang des Barbares.
Il a également agi en tant que conseiller auprès de France 2 dans son procès contre Philippe Karsenty (l’affaire Al Dura).

Existe-t-il une panne médiatique sur l’affaire Sarah Halimi ?
Oui il y en a. Au lendemain, l’assassinat brutal d’une femme juive par son voisin musulman à Paris a été à peine signalé. En ce qui concerne la notion farfelue avancée par certains commentateurs médiatisés, qu’un «meurtre de voisinage» ordinaire était trop banal pour mériter l’attention des médias au milieu d’une course présidentielle très contestée, il est manifestement malhonnête. Mais que devons-nous faire de la suggestion, soulevée ailleurs, d’un choix délibéré de refuser l’information au motif qu’elle pourrait favoriser un candidat, Marine Le Pen, au détriment d’un autre Emmanuel Macron ?
Quelles que soient les raisons tordues de la censure de facto, il se dégrade progressivement, et même si l’affaire ne prend pas l’attention qu’elle mérite, elle ne sera pas gardée hors de l’œil public et de l’arène judiciaire.

Pourquoi importe-t-il au-delà de la tragédie individuelle, qu’une belle femme qui a passé toute sa vie au service de sa communauté, soit brutalement assassinée par un voisin enragé ? Cela importe parce qu’il ne s’agit pas d’un incident isolé. C’est une série d’assaut de 17 ans sur les Juifs en France. C’est important parce que cette violence est une expression de la haine génocidaire largement diffusée au sein de la population arabo-musulmane en France. Cela importe parce que cette haine est tellement répandue que Sarah Halimi n’a même pas déposé de plainte contre Kobili Traoré ou sa sœur quand il criait un «sale juif » chez elle et ses filles. Cela importe parce que chaque tentative de discernement, de révélation et de traitement de cette haine meurtrière est confrontée au déni, à l’hostilité, à la dérision, aux poursuites juridiques et au scepticisme pathologique.
Témoin de la poursuite obstinée de Georges Bensoussan pour «l’islamophobie» et ce refus obstiné d’accepter des statistiques sur l’antisémitisme musulman en France (l’enquête Fondapol).

Seul le noir vit ?
Le contraste est frappant. Dans le but de mobiliser un équivalent français de Black Lives Matter, cette même communauté afro-arabo-musulmane est à maintes reprises mobilisée pour défendre les victimes présumées de brutalité policière. Quelles que soient les circonstances qui ont entraîné des blessures ou la mort, la victime est toujours innocente. Quelle que soit la version de la police ou le jugement des tribunaux, il n’est acceptable que si les policiers sont déclarés coupables et punis. Cela ne se limite pas aux débats et aux pétitions des médias. C’est dans les rues et c’est extrêmement destructeur.
Les émeutes de Paris de 2005 ont été déclenchées par la mort de deux jeunes électrocutés se cachant de la police dans une sous-station électrique.

Les juifs français ne sont pas des émeutiers, ils marquent une ligne fine entre la justice exigeante et la préservation de l’accès nécessaire aux autorités qui assurent la protection des synagogues et des centres communautaires, célèbrent la contribution juive à la culture française, défendent les droits contestés à la circoncision et à l’abattage rituel. Mais la négligence délibérée de l’affaire Sarah Halimi est un retournement choquant pour les pratiques honteuses du début des années 2000, lorsque la violence anti-juive a été mal représentée en tant que petite délinquance et marquée par un conflit inter-communautaire. L’excuse était alors «nous ne voulons pas ajouter du carburant au feu», une admission consciente ou inconsciente que, si vous dites que les auteurs sont musulmans, ils deviendront encore plus violents. Et les juifs ne seront pas la seule cible. Dix-sept ans plus tard, il est évident que jeter les Juifs sur le feu n’appartient pas à la haine génocidaire qui s’est maintenant tournée contre la police, les chrétiens, les blancs, les enseignants, le personnel médical, les Français en général, les journalistes irrespectueux en particulier, les musulmans démentiels, les gens.
Des concerts, des feux d’artifice du 14 juillet et des cafés extérieurs.

La haine des Juifs génocidaires n’est pas un concept abstrait
L’utilisation généralisée inévitable du terme «antisémitisme» contribue à une incompréhension du phénomène contemporain. L’antisémitisme – démodé et comiquement idéologique, associé au nazisme vaincu et à ses restes d’extrême droite, figé dans un passé honteux qui peut être attiré sans frais – est devenu un élément mystérieux dans l’atmosphère pour lequel aucun baromètre fiable ne peut être trouvé. Quelle est la dose exacte d’antisémitisme qui pourrait être qualifiée d’acte de violence ? Comme l’a déclaré Gilles Goldnadel lors de la conférence de presse, un tueur, Kobili Traoré dans ce cas, peut être motivé par l’antisémitisme pendant la crise mentale. Un Adel Amastibou, après avoir massacré islamiquement son voisin Sébastien Selam (novembre 2003), se vantait de «Je me suis tué, je vais au paradis». Il a passé quelques années dans un hôpital psychiatrique et, malgré les efforts héroïques de l’avocat Alex Metzger, n’a jamais été jugé pour le crime. Chaque attaque islamique ou tentative d’attaque commise en France au cours des 17 dernières années a été justifiée par l’auteur en termes de djihad reconnaissables. La folie réside dans la recherche aveugle des motivations lorsqu’ils nous regardent face à face. Qui sait mieux que le tueur ce qui a motivé le crime ?
Traoré a déclaré qu’il a tué le ‘quartier shietan’.

Grandes déclarations et coups humides
La vérité et la justice pour la conférence de presse de Sarah Halimi qui s’est déroulée une semaine après que le président nouvellement élu, Emmanuel Macron, ait convoqué le Sénat et l’Assemblée pour un congrès solennel au Château de Versailles, où il a prononcé les principes élevés de son administration, re-broder ses thèmes de campagne De Liberté, égalité, fraternité. Le président a laissé les promesses au rez-de-chaussée à son premier ministre qui, à son tour, a prononcé son discours à l’Assemblée juste après la conférence de presse et à quelques pas du lieu. Le président Macron a promis de faire de la France un modèle d’humanité, d’humanisme.
Il a glorifié la culture française (ayant fait l’erreur gênante de nier son existence dans un discours de campagne multiculturelle remarquable) et a loué la fibre noble dans tous les Français et les femmes.

Quelques jours plus tard, présidant un hommage national à Simone Veil [née Jacob] aux Invalides, le président a annoncé qu’elle serait enterrée, avec son mari, au Panthéon. Dans un tweet de condoléances à la famille de Simone Veil, il a écrit :         »… qu’elle soit une source d’inspiration pour nos concitoyens qui trouveront en elle le meilleur de la France ». Mais Simone Jacob était sans défense lorsque la police française l’a arrêtée et sa famille à Nice et les a livrées aux nazis pour être exterminées. Elle a survécu à Auschwitz. Ils n’ont pas survécu. Ce type de ‘jamais plus’ comme un réveil réconfortant est inacceptable.
Quand un millier de personnes ont défilé au 26 rue des Vaucouleurs dans le quartier de Belleville à Paris pour dénoncer le massacre de Sarah Halimi, ils ont été victimes d’insultes de voisins et de menaces de «jeunes» se vantant qu’ils allaient tuer les Juifs avec leurs Kalachnikov.

Sarah Halimi a été sauvagement battue, torturée, mutilée et jetée à mort parce qu’elle était juive, mais la haine génocidaire qui a motivé son meurtre est plus qu’un problème juif.
Au-delà de la tragédie personnelle qui nous enseigne, Sarah Halimi est une image de notre civilisation – sans défense parce que l’application de la loi se décline, les autorités trompent, les médias sont stupides et ceux qui disent la vérité sont persécutés et poursuivis.

Post script
Le parti communiste français proteste contre Benyamin Netanyahu lors de la commémoration des Juifs du 16 juillet 1942. ‘La commémoration,’ lit le communiqué du PCF ‘devrait porter un message fort de paix. Le premier ministre israélien notoirement extrême droite est un homme de guerre et de violence qui constitue un obstacle à la construction d’un processus de paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens ‘.

Brève nouvelle
Un résident tunisien de 54 ans de Linz, en Autriche, s’est livré à la police la semaine dernière après avoir brutalement assassiné un couple de personnes âgées et incendié leur maison. Il a fendu la gorge de la femme de 85 ans, a poignardé et battu son mari de 87 ans à mort. Il connaissait le couple parce qu’il livrait régulièrement des épiceries qu’il achète chez sa femme. Bien que le meurtrier soit un sympathisant de Daesh, la police ne qualifie pas le crime de terroriste parce qu’il n’y a aucune preuve qu’il agissait sur les ordres de Daesh.

Nidra Poller est un écrivaine américaine qui a vécu à Paris depuis 1972. Elle est l’auteure d’œuvres de fiction en anglais et en français, et a publié dans de nombreux sites, notamment Wall Street Journal Europe, Family Security Questions, Nouvelle revue anglaise, Times of Israel (Français), Commentaire, Midah. Elle est l’auteur de livres littéraires et politiques témoignant de l’aube troublée du 21ème siècle (sa dernière version).

Prochaine livraison GRATUITE*  cette semaine sur Netanya, Ashdod, Ashkelon, et Raanana : 350 ILS/kg

http://www.PiecesDetachees.CH
(Oeufs  : Badatz Bet Yossef, et la cire : Rabbanout)
* LIVRAISON GRATUITE A PARTIR DE 2 KG.

Contact : sud.israel@yahoo.fr

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top
%d blogueurs aiment cette page :