Général

Melania et Ivanka Trump n’ont pas porté le foulard lorsqu’elles sont arrivées en Arabie Saoudite

Melanie Trump a quitté Air Force One, habillée d’une robe à manches longues afin de respecter le code vestimentaire strict d’Arabie saoudite. Mais une chose manquait de son ensemble noir et doré: une foulard sur la tête.

Au lieu de cela, les cheveux bruns de Mme Trump soufflaient librement dans la brise de l’aéroport international King Khalid dans la capitale de Riyadh.

L’Arabie saoudite est le premier arrêt pour une tournée de quatre pays; où  Trump doit aussi se rendre en Israël, en Italie et en Belgique avant que le président Donald Trump ne retourne à la Maison-Blanche à la fin de la semaine prochaine. La première femme s’est joint au président pour tout le voyage.

Selon le code vestimentaire dans le royaume pour les femmes, les femmes saoudiennes et la plupart des visiteurs féminins doivent porter une robe noire et lisse, connue sous le nom d’abaya, en public. La plupart des femmes en Arabie Saoudite couvrent également leurs cheveux et leur visage avec un voile connu sous le nom de niqab.

Mais couvrir la tête n’est pas nécessaire pour les étrangers, et certaines femmes occidentales choisissent de renoncer au foulard en Arabie Saoudite.

Plus tôt cette année, la Premier ministre britannique Theresa May et la chancelière allemande Angela Merkel ont également évité les foulards sur la tête.

Michelle Obama n’a pas aussi couvert sa tête quand elle a accompagné le président Barack Obama lors d’une visite de condoléances en janvier 2015 après la mort du roi Abdullah. La première dame, Laura Bush a brièvement enfilé une écharpe sur la tête quand elle a reçue en cadeau.

En tant que secrétaire d’État d’Obama, Hillary Clinton n’a pas non couvert sa tête lors de ses visites en Arabie Saoudite.

Néanmoins, Trump, avait à l’époque critiqué Mme Obama de ne pas respecter la coutume locale sur Twitter :

« Beaucoup de gens disent que c’était merveilleux que Mme Obama ait refusé de porter un foulard en Arabie Saoudite, mais ils ont été insultés. Nous avons des ennemis énormes « .

Ivanka Trump et Jared Kushner arrivent à assister à la présentation de la médaille de l'Ordre Abdulaziz al-Saud à la Cour royale d'Arabie Saoudite à Riyad le 20 mai 2017. (AFP / MANDEL NGAN)

La fille de Trump, Ivanka, un conseiller principal de la Maison Blanche qui accompagne son père, n’a pas couvert non plus sa tête.

L’Arabie saoudite adhère à une interprétation ultra-conservatrice du droit de la charia islamique où les hommes et les femmes non apparentés sont séparés dans la plupart des lieux publics. Les femmes ne conduisent pas, bien que les défenseurs des droits des femmes ont fait campagne pour lever cette interdiction.

Les lois sur la tutelle exigent également le consentement d’un parent masculin avant qu’une femme puisse obtenir un permis de voyager ou se marier. Souvent, ce parent est un père ou un mari, mais en l’absence des deux, le fils de la femme peut l’être.

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

LES ARTICLES LES PLUS LUS

To Top