Banniere AlyaexpressNews 975 sur 150 Graphiste.
Bonnes Nouvelles

L’Institut Weizmann : Les araignées et les vers à soie contre la maladie d’Alzheimer et de Parkinson

Quiconque pense que les vers à soie et les araignées sont simplement des désagréments, pourraient aujourd’hui changer d’avis. Et pas seulement parce que nous préférons nous garder à distance des insectes. Maintenant, ils peuvent aider à réparer les cellules ravagées par la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer.

Dr. Ulyana Shimanovich, qui travaille au Département scientifique des matériaux et interfaces à l’Institut Weizmann utilise des araignées et des vers à soie pour fixer les cellules du cerveau atteint par la maladie.

Dr. Shimanovich est fascinée par les fibres ultrafines formées par des protéines, allant de fibrilles durs et élastiques filées par des vers à soie aux plaques collantes composées de protéines amyloïdes qui affectent le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de Parkinson.

Traditionnellement, les amyloïdes sont considérés comme des ‘mauvaises’ fibres parce qu’ils forment des plaques toxiques dans le cerveau ou des faisceaux. Cependant, ses recherches sur les propriétés biophysiques et biochimiques de l’amyloïde ont montré des propriétés positives. La chercheuse a retrouvé les mécanismes pour créer des fibrilles de protéines utiles et corréler la structure et la fonctionnalité de plusieurs fibrilles de protéines à l’échelle nanométrique comme la formation et le contrôle amyloïde.

Selon elle, ce sera une importante étape vers la conception de nouveaux agents thérapeutiques à l’échelle nanométrique comme des micro réacteurs pour encapsuler des médicaments avec la libération de nanofibrilles prolongés avec des propriétés antibactériennes pour résister à l’étape de l’infection.

Utilisation de la nature pour guérir la nature

Son approche est d’apprendre, les propriétés naturelles « positives » de protéines dans la nature et corriger les lacunes de la nature.

Son trésor sont des protéines extraites directement à partir des glandes de vers à soie et des araignées vivantes. Utilisez ces fibres pourra contrôler l’auto-processus d’assemblage de protéines amyloïdes pathologiques (malades) en biomatériaux fonctionnels.

Ainsi, la soie est utilisé pour traiter la cellule au lieu d’utiliser des produits chimiques qui peuvent causer des effets délétères sur les cellules environnantes et aborder ainsi l’un des principaux défis dans la thérapie médicamenteuse.

« La soie est une ressource naturelle qui donne essentiellement une nouvelle vie à une cellule endommagée », dit-elle. Sa recherche a des implications pour le diagnostic, la conception de nouveaux composés pour les approches thérapeutiques spécifiques et la science des matériaux.

N'oubliez pas de commander votre drapeau d’Israël pour

Yom Haatsmaout

(selon les dimensions de votre choix) !

Cliquez ICI

 
Click to comment

Laisser un commentaire

To Top
%d blogueurs aiment cette page :