Banniere AlyaexpressNews 975 sur 150 Graphiste.
Etat Unis

Les 10 criminels de guerre nazis sommés de quitter les États-Unis, sont restés impunément dans le pays.

nazi 2

 

Au moins dix criminels de guerre nazis qui avaient été sommés de quitter les Etats-Unis, n’ont jamais quitté le pays, et cela sans que personne ne fasse rien à ce sujet, selon un nouveau rapport.

Quatre de ces criminels sont encore en vie, et vivent aux Etats-Unis aujourd’hui. Tous ont profité des prestations publiques comme la sécurité sociale.

La raison derrière de cette protection est le fait, que si les États-Unis voulait les expulser, aucun pays ne serait prêt à les accueillir.
C’est actuellement le cas avec Vladas Zajanckauskas à Sutton, du Massachusetts, Theodor Szehinskyj à West Chester, en Pennsylvanie, Jakiw Palij de New York, et John Kalymon à Troy, Michigan, entre autres.

Tous les quatre ont à peu près le même âge. Dépouillés de leur citoyenneté américaine, ils ont reçu un arrêté d’expulsion, mais ont pu poursuivre leur vie dans un cadre familial. Des dizaines d’autres hommes responsables de crimes de guerre nazis suspects aux États-Unis ont également eu droit à la sécurité sociale et à autres prestations publiques, et ce pendant des années après leur participation pendant la déportation.

Les États-Unis peuvent expulser ceux qui sont impliqués dans des crimes de guerre nazis, mais ils ne peuvent pas mettre ces personnes en justice parce que les crimes allégués n’ont pas eu lieu sur le sol américain. La responsabilité de poursuivre ces criminels appartient au pays où les crimes ont été commis ou ordonné.

Depuis les 34 années de la création du ministère de la Justice qui a été chargé de trouver et de déporter les nazis présumés, l’agence a engagé des poursuites judiciaires contre 137 personnes. Moins de la moitié, 66, ont été expulsées, soit extradées ou soit par des départs volontaires.

Au moins 20 sont morts, tandis que leurs affaires étaient abandonnées. Dans au moins 20 cas, les autorités américaines ont accepté de ne pas suivre ou d’appliquer des mesures d’expulsion, souvent en raison d’une mauvaise santé, selon un rapport publié en 2008 par le ministère de la Justice. Dans certains cas, le gouvernement américain a accepté de ne pas déposer une procédure d’expulsion, en échange d’une coopération dans d’autres enquêtes, dit le rapport.

Et dire que Jonathan Pollard croupit, malade, dans une prison américaine depuis plus de 20 ans et lui, n’a jamais tué personne….

35 % de réductions sur les produits de la Mer Morte pour les hommes

1 Comment

1 Comment

  1. Sylvie

    4 août 2013 at 19 h 43 min

    Encore quelques années et ensuite Aller Simple pour l’enfer éternel. Imah Chmam !

Laisser un commentaire

To Top
%d blogueurs aiment cette page :