Général

L’envoyé de l’ONU «consterné» par tous ceux qui considèrent les terroristes de Jérusalem comme des héros

Le coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient Nickolay Mladenov a déclaré samedi que « les actes terroristes » comme les coups de poignards et les attaques de tir près de la vieille ville de Jérusalem commece fut le cas ce vendredi et a dit : « Ils doivent être clairement condamnés par tous ».

ABONNEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER GRATUITE !

« Mes pensées et mes prières portent sur les familles des victimes et je souhaite une reprise rapide des blessés », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Je suis consterné de constater une fois de plus que certains jugent approprié de justifier de telles attaques comme« héroïques ». C’est inacceptables et ne peut que faire évoluer tout le monde dans un nouveau cycle de violence « .

Le coordonnateur israélien des activités gouvernementales dans les territoires, le major général Yoav Mordechai en 2015 (Gershon Elinson / Flash90)

Yoav Mordechai, chef du bureau du Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), a accusé l’incitation palestinienne suite à cette attaque et a accusé le mouvement du Fatah et son président Mahmoud Abbas pour se comporter comme si les trois attaquants étaient des jeunes innocents. Le Fatah a accusé de plus Israël d’un «crime de guerre» pour avoir tué les terroristes palestiniens.

Dans un message en arabe sur la page Facebook de COGAT, Mordechai a déclaré: « Les trois voyous qui ont mené leur lâche attaque terroriste et ont tué la policiére à Jérusalem ont reçu des condoléances de l’organisation du Fatah, ce qui les a qualifiés d’innocents … comme s’ils étaient exécuté sans raison … C’est une incitation pure au terrorisme!  »

Il a ajouté que 250 000 permis d’entrée donnés aux Palestiniens pendant le mois sacré des musulmans pour rendre visite à leurs proches en Israël avaient été révoqués en raison de l’attaque.

« Celui qui sème des épines ne doit pas récolter des raisins », a-t-il déclaré. « Vous avez ruiné l’atmosphère du Ramadan pour les habitants de Judée et de Samarie ».

Danny Danon tient un article montrant un engagement juif de 1928 à ne pas enfreindre les droits musulmans sur leurs sites sacrés. (Kim Haughton)

Plus tôt samedi, l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Danny Danon a exhorté le Conseil de sécurité à dénoncer l’attaque.

« Les paiements effectués par l’Autorité palestinienne aux terroristes et à leurs familles encouragent les attaques odieuses comme nous l’avons vu aujourd’hui », a déclaré Dannon sur l’attaque, dans laquelle l’agent de la police des frontières Hadas Malka a été tuée et quatre autres ont été blessés.

« Je demande au Conseil de sécurité de condamner immédiatement cette attaque de terreur ».

Les forces de sécurité israéliennes se sont déployées dans le village de Deir Abu-Mashal en Judée Samarie, près de Ramallah, et sont entrés dans la maison des trois terroristes qui ont mené l’attaque. Les officiels ont déclaré au site de nouvelles de Ynet que les troupes de l’armée avaient temporairement scellé le village, puis ont fouillé les maisons des hommes, où ils ont cherché des armes, confisqué divers documents et interrogé les membres de la famille au cours de l’attaque. Les soldats ont également cartographié les maisons des trois hommes en prévision de la démolition probable, une réaction israélienne commune aux attaques.

Une personne a été arrêtée pour suspicion de participation à l’attaque.

L’armée a déclaré qu’une émeute a éclaté alors que les forces menaient leurs opérations, et près de 200 Palestiniens lançaient des roches et des cocktails Molotov aux soldats et brûlaient des pneus alors qu’ils tentaient de bloquer les entrées dans le village. Les FDI ont déclaré que les soldats ont répondu avec des armes principalement non mortelles et, dans plusieurs cas spécifiques, ont utilisé un feu direct vers les instigateurs. Aucun soldat n’a été blessé lors des manifestations violentes.

Une page Facebook dirigée par des membres du village a publié une photo des trois assaillants vendredi soir, en les louant: «Gloire et immortalité à nos justes martyrs». Il a également porté divers messages de soutien des administrateurs de la page .

L’image contient peut-être : 3 personnes, texte

Le Hamas a refusé une revendication par l’Etat islamique, disant que c’était leur peuple qui a tué une femme policière en service près de la vieille ville de Jérusalem.

Daesh a publié un communiqué prenant la responsabilité des attaques de coup de poignard et de tir. S’il est vrai, il marquerait la première action directe de Daesh contre Israël et le groupe a averti par son agence de presse que ce ne sera pas la dernière attaque.

« Que les Juifs s’attendent à la disparition de leur entité aux mains des soldats sous le califat », a-t-il dit, appelant l’attaque « une vengeance pour la religion de Dieu et pour les sanctuaires violés des musulmans ».

Cependant, deux groupes terroristes – le Hamas et le Front du Peuple pour la Libération de la Palestine – ont rapidement rétorqué que les trois assaillants qui ont été tués étaient leurs membres et ont accusé Daesh d’essayer de saper leur combat.


Pendant ce temps, des responsables militaires israéliens ont déclaré qu’ils croyaient que les attaques du vendredi soir étaient effectuées par des individus locaux sans lien formel avec aucun groupe.

Les trois hommes étaient armés d’une arme et des couteaux automatiques et ont effectué des attaques simultanées simultanées à deux endroits. Le sergent de police Hadas Malka, 23 ans, a été poignardée à mort.

Au moins quatre autres personnes ont été blessées dans les attaques, y compris un autre policier. Ils ont tous subi des plaies légères à modérées et ont été traités à l’hôpital.

L'agent de police des frontières, Hadas Malka, a été tué le 16 juin 2017 dans une attaque de coups de poing près de la porte de Damas.  (Courtoisie)

Les funérailles de la jeune Malka auront lieu samedi soir à Ashdod, a déclaré sa famille.

Le service de sécurité du Shin Bet a nommé les trois assaillants comme Adel Ankush, 18 ans, Bra’a Salah, 19 ans, et Asama Ahmed Atta, 19 ans.

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top