Bonnes Nouvelles

L’écart de revenu s’est réduit en Israël, mais il y a encore beaucoup à faire …

Israël a été l’un des pays de l’OCDE où le revenu des familles pauvres en 2007-2015 a augmenté à un rythme plus rapide que l’augmentation du revenu des familles riches, selon le chef économiste et ministre des Finances Yoel Naveh, dans sa revue hebdomadaire.

L’examen vise à déterminer si la croissance économique au cours des dernières années a atteint la population économiquement défavorisée.

Selon Naveh, la croissance du résultat net dans les cinq premiers déciles était 1,5 fois la croissance du chiffre d’affaires dans les déciles supérieurs.

En statistique descriptive, un décile est chacune des 9 valeurs qui divisent un jeu de données, triées selon une relation d’ordre, en 10 parts égales, de sorte que chaque partie représente 1/10 de l’échantillon de la population.

L’examen a montré que le revenu net dans les cinq premiers déciles de revenus a augmenté en moyenne annuelle de 3,3 % au cours des dernières années, comparativement à une croissance de 2,1 % dans les cinq premiers déciles de revenus.

Naveh attribue la plus rapide augmentation dans les plus faibles déciles à la baisse des impôts sur la croissance des salaires, à des allocations familiales plus élevées, à l’impôt négatif sur le revenu et l’augmentation du salaire minimum.

Naveh a cité en particulier la forte performance du marché du travail, traduit par une augmentation substantielle de l’emploi, qui théoriquement a dû profiter aux personnes économiquement défavorisées sur le marché du travail dans la période comprise entre 2007 et 2015.

Le taux d’emploi en Israël a augmenté de 4,6 %, résultat de la baisse du chômage et d’une plus grande participation de la main-d’œuvre.
« La croissance de l’emploi a été particulièrement rapide parmi les groupes économiquement défavorisés dans la société israélienne et a amélioré leur situation », a écrit Naveh.

Les revenus des déciles inférieurs a diminué dans la plupart des pays de l’OCDE.
Une autre conclusion intéressante du chef économiste est que l’augmentation de revenu disponible était supérieure à l’augmentation du PIB par habitant, grâce à l’augmentation progressive des actifs étrangers israéliens et principalement par le biais des fonds de pension gérés par des institutions d’investissement.

« La transition d’Israël d’un pays qui emprunte à un pays qui fournit du crédit a commencé en 2003 et a créé un flux croissant de revenus des investissements des Israéliens à l’étranger (par le biais de fonds de pension, par exemple). À partir du troisième trimestre de 2016, le PIB a culminé à 40 %. »

Toutefois il reste beaucoup à faire, comme l’a soutenu le président de la Banque centrale d’Israël, Karnit Flug ; le boom de la haute technologie n’a pas encore atteint la majeure partie de la population qui n’a pas assez de qualification pour entrer dans le secteur de l’éducation en plein essor.

Les dépenses publiques, les investissements dans la santé et l’éducation sont encore faibles pour les paramètres de l’OCDE et l’intégration des Juifs ultra-orthodoxes et des Arabes dans la population active est toujours un défi.

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

LES ARTICLES LES PLUS LUS

To Top