Antisemitisme et Antisionisme

Le fervent défenseur de France Palestine, Richard Ferrand nommé ministre de la cohésion des territoires au gouvernement Macron.

Le fervent défenseur de France Palestine, Richard Ferrand a été nommé ministre de la cohésion des territoires au gouvernement Macron.

Richard Ferrand a financé à hauteur de 2.000 euros une branche locale de l’association France-Palestine en 2016, comme l’indique le site de l’Assemblée nationale qui permet de consulter les réserves parlementaires de chaque élu.

L’AFPS Centre-Bretagne, un soutien affiché au BDS, est à l’origine de plusieurs actions du mouvement de boycott contre l’Etat hébreu.

Dans une lettre de son président, Jean-Pierre Jeudy, adressée au Premier ministre en janvier 2016, il compare le soutien au BDS à « l’exercice d’une simple liberté d’expression », déplorant qu’il s’agisse d’un délit en France.

Selon son site, l’AFPS a notamment mené une action BDS contre trois grandes surfaces de Carhaix, en décembre 2014. « Pour la paix en Palestine, sanctionnez la politique d’Israël », pouvait-on lire sur le tract distribué à l’occasion de cette action.

Tract de l’association France Palestine

Le député et conseiller régional Richard Ferrand a réagi à la polémique autour de son financement à l’association en publiant le 26 mars sur son site internet un billet intitulé « Pour en finir avec une rumeur de la fachosphère ».

Ferrand y confirme sa contribution à l’association, qui visait, écrit-il, à « soutenir un projet d’équipement mobilier pour une classe de jeunes filles dans le camp d’El Aroub en Palestine ».

Il indique par ailleurs « que ce territoire est jumelé avec la commune de Carhaix située dans ma circonscription d’élection ».

L’homme clé de l’entourage d’Emmanuel Macron conclut en expliquant qu’il « ne le regrette pas » et dénonce des polémiques inutiles.

Lors d’une conférence débat au Crif le 22 mars dernier, Emmanuel Macron avait dénoncé les actions du BDS et déclaré qu’il « condamnerait toutes les formes de boycott à l’échelle nationale et internationale ».

« En France je condamnerai toujours les actions ou appels au boycott », avait précisé le candidat à l’élection présidentielle.

Un arrêt de la Cour de Cassation de 2015 a rendu le BDS illégal en France.

« En France je condamnerai toujours les actions ou appels au boycott » avait déclaré Macron au Crif »…

Source I24

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

LES ARTICLES LES PLUS LUS

To Top