Iran

Iran : Ahmadinejad laisse la place au modéré Rohani en tête de la présidentielle

ahmadinejad perdu

ABONNEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER GRATUITE !

Rohani vient donc de créer la surprise en étant préféré par le peuple iranien aux courants conservateurs représentés par trois candidats: «le maire de Téhéran, l’ex-chef des Gardiens de la révolution et l’actuel chef des négociateurs nucléaires, tous proches de l’ayatollah Khamenei», précise le site de RFI.

Selon le Point.fr, « Hassan Rohani a remporté l’élection présidentielle iranienne dès le premier tour. Le candidat modéré a récolté 50,68 % des voix, selon les résultats officiels.

Après une campagne atone, ce proche de l’ex-président modéré Akbar Hachemi-Rafsandjani, a bénéficié du désistement du candidat réformateur Mohammad Reza Aref et de l’appui mardi du chef des réformateurs Mohammad Khatami.

Cette victoire du candidat soutenu par les camps modérés et réformateurs ne marquera toutefois pas une rupture dans la politique de la République islamique, les dossiers stratégiques comme le nucléaire ou les relations internationales étant sous l’autorité directe du guide suprême Ali Khamenei.

L’élection présidentielle intervient sur fond de grave crise économique due aux sanctions internationales imposées à l’Iran en raison de son programme nucléaire controversé, et quatre ans après la victoire contestée dans la rue du conservateur Mahmoud Ahmadinejad.

Aucune irrégularité n’a été constatée a précisé le Conseil des gardiens de la Constitution, qui supervise le scrutin. Le ministère n’a donné aucun chiffre de participation à cette élection, alors que plus de 50,5 millions d’Iraniens étaient appelés aux urnes. Les électeurs se sont fortement mobilisés vendredi, selon les autorités locales.

Hassan Rohani, 64 ans, était le responsable des négociations sur le dossier nucléaire de Téhéran sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami (1997-2005).

Il prône plus de souplesse dans les discussions avec les grandes puissances pour alléger les sanctions décrétées contre Téhéran et qui ont provoqué une grave crise économique. Saïd Jalili et Mohammad Bagher Ghalibaf refusaient quant à eux toute « concession », suivant la ligne du guide suprême iranien Ali Khamenei.

Le président sortant Mahmoud Ahmadinejad ne pouvait pas briguer un troisième mandat consécutif, selon la Constitution. Avant la proclamation des premiers résultats, M. Rohani a remercié dans un communiqué ses partisans qui se sont mobilisés pour « créer cette merveille ». « Cette participation et l’unité (des réformateurs et modérés) aideront l’Iran à prendre une nouvelle voie », a-t-il ajouté. »

Hassan Rohani a balayé la nation iranienne et a remporté une majorité écrasante aux élections. Lui-même n’est pas un grand réformateur, mais il avait le soutien du camp réformiste menée par Khatami. L’homme est titulaire d’un doctorat de l’Université de Glasgow et parle le russe, le français et l’anglais, mais ne changera pas la relation avec Israël, mais pourrait bien être le seul à apporter des changements dans les relations avec l’Occident.

Ce succès étonnant deviendra-t-il un véritable changement pour Israël?

L’élection de Rohani est certainement un grand drame dans la République islamique après avoir annoncé sa candidature à la présidence seulement en Avril. Rohani est un réformiste modéré et bénéficie de l’appui du camp réformateur dans le pays.

Rohani a réussi une des campagnes subversives dans l’histoire de l’Iran moderne. Il comprenait une série de déclarations qui ont créé l’impression qu’il était un réformateur. Entre autres choses, il a déclaré qu’il sera un membre de tout le monde.

Le successeur de M. Ahmadinejad est titulaire d’un doctorat en droit de l’Université de Glasgow et pourrait être considéré comme l’ « arabiste. » Cependant, il est clair qu’il est un étudiant de Khomeiny. Cette combinaison lui donne le pouvoir et pourrait lui permettre d’apporter un changement significatif dans les relations avec l’Occident.

Il ne fait aucun doute que l’ayatollah Ali Khamenei, est l’homme mène la barque en Iran, mais il ne s’attendait pas à une telle victoire écrasante de Rohani au premier tour.

Rohani seul ne peut pas d’un coup reconnaître l’Etat d’Israël. Son élection est pourtant un signal fort: les iraniens veulent du pain, et non de l’uranium enrichi. Cela devrait diminuer fortement l’agressivité verbale dont a fait preuve Ahmadinejad.

https://i2.wp.com/fbcdn-sphotos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash4/1005878_239726212818828_890467415_n.jpg?w=1000&ssl=1

Photo : place de Teheran en ce moment. Le Monde.fr:

Chant entendu à Téhéran, de même source : « C’est le printemps de la liberté, la place de Neda [jeune femme morte dans la répression des manifestations de 2009] est vide à nos côtés »

Il faudrait juste espérer que cette élection ne soit pas un moyen pour le régime de gagner du temps pour son programme nucléaire, l’espoir d’un changement pouvant reculer l’éventualité d’une intervention militaire au vu des hésitations des pays occidentaux.

L’Iran a réussi à gagner du temps pour son programme nucléaire de toutes sortes de façon, y compris grâce à l’aveuglement des négociateurs européens, qui ont laissé passer quelques occasions en or. La pression va baisser alors que les recherches iraniennes et l’avancée de leur programme ne vont pas ralentir pour autant. Mais il revient à l’Occident d’obtenir des garanties, et pour cela, Rohani est le bon interlocuteur. C’est lui qui, en 2003, avait accepté (et fait accepter par le Guide) une suspension provisoire de l’enrichissement d’uranium.

Pour le Ministre Shaul Mofaz, concernant les résultats des élections en Iran: «C’est un résultat dramatique qui en dit long sur l’ambiance de la rue iranienne, en termes de politique intérieure. »
« Toutefois », Mofaz a expliqué: «Je ne crois pas que nous allons changer la politique nucléaire de l’Iran et de l’implication iranienne en Syrie et au Liban. »

Le Ministère des Affaires étrangères et porte-parole Yigal Palmor en Israël a réagi aux résultats des élections en Iran, en disant que Hassan Rohani choisi parmi une liste de candidats approuvés par Khamenei, après avoir disqualifié les candidats qui ne correspondaient pas à la vision du monde radicale. « Le programme nucléaire iranien a été mis en place aujourd’hui par Khamenei et non par le président de l’Iran. »

« L’Iran après les élections sera jugé par ses actions sur le nucléaire et le terrorisme. L’Iran doit respecter les exigences de la communauté internationale pour stopper le programme nucléaire et mettre fin au terrorisme, qu’il provoque dans le monde entier », a-t-il ajouté.

En direct :

Le correspondant du « New York Times » à Téhéran, Thomas Erdbrink : « Téhéran est dans la rue en masse ce soir : « nous célébrons la liberté après 8 ans d’Ahmadinejad. »

Le correspondant de l’AFP Mohammad Davari (@modavari sur Twitter) rapporte de nombreux chants à Téhéran demandant la libération des prisonniers politiques et en soutien aux candidats réformateurs malheureux de 2009, Mir-Hissein Mousavi et Mehdi Karroubi, toujours en résidence strictement surveillée

A Téhéran ce soir : des chants de protestation de l’époque du shah » https://www.facebook.com/photo.php?v=10151494201398037&set=vb.553818036&type=2&theater

@AliVaez: Celebration in Tehran pic.twitter.com/7X3DJrPQzq

 

 

4 Comments

4 Comments

  1. Pingback: Le nouveau président iranien Hassan Rohani : « Israël est un corps étranger qui doit être extirpé » | Alyaexpress News

  2. Pingback: Israël demande des sanctions plus sévères contre l’Iran, peu importe la nouvelle présidence. | Alyaexpress News

  3. Pierre

    16 juin 2013 at 0 12 54 06546

    « L’habit ne fait pas le moine », mais j’ai des doutes sur un changement notable des relations avec l’Iran, rien qu’à voir son couvre-chef « enturbané. » A mon avis, il n’a rien de modéré et c’est sûrement un nouvel épisode de tacqya qui va recommencer entre l’Iran et les nations occidentales.En résumé: Israël ne devra compter que sur lui-même pour sa sécurité et son avenir avec l’aide de D…

  4. Pingback: 23:18 – 15/06 Iran : Ahmadinejad laisse la place au modéré Rohani en tête de la présidentielle | Alya-BreakingNews

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top