Judaïsme

Les hôpitaux Laniado à Netanya et Ma’ayane HaYeshua à Bnei Brak sous enquête pour avoir imposé une autorisation rabbinique aux femmes voulant se faire stériliser

Le ministère israélien de la santé enquête sur les hôpitaux qui obligent les femmes à obtenir l’approbation rabbinique pour les procédures de contraception.

À la suite d’un exposé publié jeudi par le site d’information Ynet, des responsables de deux institutions financées par l’État, l’Hôpital Laniado à Netanya et l’Hôpital Ma’ayane HaYeshua à Bnei Brak sont enregistrés en disant aux femmes qui ont cherché une ligature des trompes à obtenir l’autorisation des rabbins de l’hôpital.

La ligature des trompes est une forme permanente de stérilisation, qui est généralement interdite selon la halacha, ou la loi juive, sauf dans les cas où elle est destinée à sauver la vie de la mère.

À Laniado, seules les femmes juives qui ont déclaré avoir cherché à se soumettre à la procédure ont été renvoyées au rabbin, alors qu’à l’hôpital Bnei Brak, toutes les femmes ont été renvoyées vers des rabbins.

« Nous ne sommes pas d’accord avec ces pratiques », a déclaré un porte-parole du ministère de la santé à Ynet au sujet des procédures impliquant des rabbins. « Nous avons l’intention d’aller au fond de cette question le plus tôt possible, éventuellement avec l’ombudsman des professions médicales, pour examiner les aspects disciplinaires et éthiques de cette affaire et agirons selon les résultats ».

Un porte-parole de Ma’ayane HaYeshua a défendu cette pratique. « Puisque la ligature des trompes n’est pas une procédure de sauvetage et qu’elle est irréversible, l’hôpital croit qu’il faut une réflexion et que nous ne l’exécutons pas uniquement à la demande du patient », a expliqué le porte-parole. « Nous devons trouver une raison médicale claire nécessitant une intervention et nous nous assurons que les femmes en question ont examiné la procédure ».

Les femmes non juives sont évaluées par un travailleur social ou un psychologue, a ajouté l’hôpital.

Laniado n’a pas répondu aux questions de Ynet.

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

LES ARTICLES LES PLUS LUS

To Top