Général

Dans les hauteurs du Golan, cette usine fait des milliers de shofars chaque année

Keinan, âgé de 70 ans, est connu dans tout Israel pour la qualité de ses shofarot.

« Mon beau-père a dit de ne pas aller nulle part ailleurs », a déclaré Yoggev, un de ses client sur JTA.

« Selon votre couleur de peau, vous voulez probablement un shofar yéménite », a déclaré Keinan à ce client, offrant à Yoggev une corne kudu en spirale et non polie, le type traditionnellement utilisé par la communauté juive yéménite. (A kudu est un type d’antilope africain.)

Yoggev a expliqué que, que même si ces parents provenaient du Yémen, il allait utiliser un shofar dans une synagogue ashkénaze et chez la famille de sa femme et cherchait ainsi une corne de bélier raffinée préférée par les juifs européens.

Ses parents ont immigré en Israël depuis le Maroc en 1949, et Keinan était un bébé, et n’a jamais eu assez d’argent pour en acheter. Il a appris à souffler le shofar quant il était enfant à sa synagogue orthodoxe à Tiberiade, une petite ville ouvrière sur la mer de Galilée.

En quittant l’école à 16 ans, Keinan a travaillé comme soudeur et a réussi à économiser suffisamment d’argent pour acheter un véritable shofar, qu’il a soufflé tous les Rosh Hashanah à sa synagogue ainsi que la synagogue Ashkenaze à proximité. Après s’être marié, il a déménagé à Givat Yoav dans les années 1970, où il a construit un atelier en tant que ferme de dinde et a élevé quatre enfants.

Dans les années 1990, Keinan a eu la chance de transformer sa passion en travaillant dans une  usine de chofar deux fois par semaine, pour apprendre ses techniques. En 1998, il a transformé la ferme de dinde en une usine de shofar.

Aujourd’hui, Kol Shofar, qui ressemble encore à une ferme, avec de minces murs métalliques et des sols en béton et terre, est l’un des deux usines en Israël, l’autre étant  plus ancienne,  Bareshet-Ribak Shofarot Israël,  à Haïfa et Tel Aviv.

Keinan a déclaré qu’il vend environ 7 000 shofars par an, au moins 90 % des commandes sont vendues par correspondance. La moitié est  aux Israéliens, at-il dit, alors que la plupart des autres sont vendus aux juifs des États-Unis et d’Europe. Parmi ses clients figurent des rabbins israéliens célèbres,  y compris le chef en chef Sepharade, Yitzhak Yossef. Les mois entre Tisha b’Av et Sukkot sont le moment le plus achalandé de l’année.

Selon Keinan, la partie la plus difficile de produire des shofars est d’obtenir les matières premières. Tous les deux ou trois ans, il voyage en Afrique pour acheter des cornes de bélier et de bouquetin. Il obtient les cornes de bélier – de loin le matériau shofar le plus populaire en raison de leur recommandation par les sages juifs – de son Maroc natal, où des millions d’animaux sont rituellement abattu chaque année pour la fête musulmane d’Eid.

Shimon Keinan et son fils Hanan posent une photo à leur usine de Givat Yoav, le 6 septembre 2017. (Andrew Tobin)

À l’heure actuelle, l’usine de shofar est pleine de milliers de cornes. Ils remplissent des boîtes, des étagères et des chariots; certaines sont entassés dans des tas énormes sur le sol. Keinan a estimé qu’il avait 20 000 cornes de bélier, 2 000 cornes de kudu et quelques cornes d’ibex disponibles. Les cornes d’ibex sont rares parce qu’elles proviennent d’Israël, où la chèvre sauvage est protégée. Un shofar de cor de bouquetin coûte environ 1 000 $.

Il y a 15 ans, le fils de Keinan, Hanan, 42 ans, a commencé à accompagner son père dans ses voyages en Afrique. Peu de temps après, il est retourné à Givat Yoav avec sa femme et ses enfants pour rejoindre l’entreprise familiale à plein temps. Avec son père, il fabrique chaque shofar que fabrique l’usine. Trois autres employés aident à diriger l’usine et le bureau.

Alors que le jeune Keinan a reconnu qu’il ne pouvait pas égaler la passion de son père pour les shofars – et il n’est pas non plus religieux, ajoute-t-il – Hanan a contribué à améliorer le processus de production de Kol Shofar avec de nouvelles techniques et machines.

Les deux premières étapes de Kol Shofar pour la production de shofars sont des secrets de famille, mais ils impliquent de traiter les cornes pour éliminer l’odeur  et appliquer la chaleur pour les redresser. Après cela, l’extrémité étroite de la corne est sciée, un trou est foré et un outil spécial est utilisé pour dilater le trou dans un embout buccal. La dernière étape consiste à polir et à faire briller l’extérieur.

Hanan Keinan a également poussé à développer l’activité touristique de l’usine – ces dernières années, lui et son père ont pavé l’allée et ont construit un centre pour visiteurs, un parking et des toilettes. Quelque 7 000 personnes ont visié de l’usine l’année dernière, en payant 9 $ par personne représente un nouveau flux important de revenus.

Mais, même si son fils peut s’aventurer pour ses affaires, Shimon reste le cœur de l’usine.

Cet article inspiré du site JTA est dédicacé à l’ancien Rabbin de Montpellier, Haim Hania (ben babouna) qui aujourd’hui très fatigué est un amoureux  des chofarot. Nous lui souhaitons une guérison rapide et entière.

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top