Desinformation

Les Gazaouis en Grèce:  » Nous avons fui le Hamas, pas Israël »

Si vous demandez aux Palestiniens, soit à Gaza, soit en Judée Samarie, qui sont les responsables de leurs souffrances, la plupart diront probablement Israël. Mais ils ne diront pas la même chose s’ ils habitent à l’étranger car ils n’ont plus besoin de craindre leurs propres gouvernements.

Ce n’est pas une question que les journalistes, les diplomates ou les organisations non gouvernementales se posent. Nous avons maintenant une réponse, au moins en ce qui concerne les Palestiniens qui ont fui Gaza. Ils sont partis, non pas à cause d’Israël, mais à cause de la persécution du gouvernement de Hamas.

Le journaliste de Haaretz, Zvi Bar’el, a été saisi par un témoignage, quand il est allé en Grèce à la recherche de réfugiés syriens et s’est retrouvé accidentellement face à des Palestiniens de la bande de Gaza, des milliers d’entre eux, par leur propre chef. Un réfugié de Gaza a estimé qu’il y avait environ 6 000 Palestiniens de Gaza à Athènes seulement. Le Centre de ressources Badil pour la Résidence palestinienne et les droits des réfugiés affirme que le chiffre réel est probablement plus élevé.

Et ce ne sont que ceux qui ont pu partir. Beaucoup voudraient le faire, mais sont bloqués à Gaza parce que le passage à la frontière d’Egypte est ouvert seulement quelques jours par mois. Et quand il est ouvert, seulement quelques centaines de personnes par jour peuvent partir. Osama, l’un des Palestiniens, a été interviewé, il a déclaré qu’il a quitté Gaza (via un tunnel de contrebande) il y a plus de 25 ans.

Et pourquoi tant de Gazaouis ont-ils fui ou ont essayé de fuir? Les Palestiniens ont tous eu la même réponse : le Hamas. Aucun d’entre eux n’a même mentionné Israël dans ses réponses.

« Il y a un médecin palestinien qui est venu avec sa femme et ses trois enfants », a déclaré Osama à Bar’el. « Imagine, un médecin, une personne respectable ayant une profession, qui doit fuir Gaza seulement parce qu’il était soupçonné de déloyauté envers le Hamas ».

Ayman, qui a écouté la conversation en silence, s’est joint à la conversation. « Je suis caricaturiste, artiste, et j’avais des expositions à Gaza. Le Hamas n’a pas aimé mes dessins et ils m’ont interdit de dessiner, et ils m’ont également arrêté. Après avoir passé du temps dans une prison du Hamas, j’ai décidé de m’échapper « , dit-il.

« Ils ont attaché mes mains et mes pieds, ils m’ont battu, et après m’avoir blessé par les coups, ils m’ont transféré dans un hôpital où je suis resté plus d’un mois. Pendant ce temps-là, ils ont également arrêté mon frère pour obtenir des informations à propos de moi.  »

Naji, un autre Gazaoui a montré à Bar’el une cicatrice profonde sur sa jambe après des tortures dans une prison du Hamas.

« Un jour, j’ai même essayé de me suicider. J’ai claqué ma tête contre une vitre et j’ai mis mon cou sur le verre cassé. Mais ils m’ont repoussé et je n’ai pas réussi « , dit-il en montrant une vilaine cicatrice sur son cou. « Je vous le dis, Gaza est au bord de la guerre civile et personne ne sait ce qui se passe là-bas. Personne n’est intéressé.  »

Il existe de nombreuses agences des Nations Unies exclusivement consacrées à aider les Palestiniens, tandis que les groupes de défense des droits de l’Homme accordent une attention disproportionnée à cette question. Dans les deux cas, leur intérêt pour la souffrance palestinienne cache un moyen de blâmer Israël pour cela. Ils ne pourraient se soucier de protéger les Palestiniens contre les abus de leur propre gouvernement. C’est pourquoi ils continuent à publier des rapports accusant Israël d’être la «cause clé» de la souffrance palestinienne, comme l’a déclaré une agence des Nations Unies cette semaine, malgré l’absence de preuve.

Pour les Palestiniens, le fait de blâmer quelqu’un d’autre que Israël pour leurs problèmes risque d’avoir de sérieuses répercussions de la part de leurs propres gouvernements ou groupes affiliés aux deux gouvernements. Et c’est vrai non seulement dans la bande de Gaza dirigée par le Hamas, mais aussi dans les territoires de l’Autorité Palestinienne où les journalistes , les hommes d’affaires , et les agents de sécurité palestiniens ont tous été arrêtés avec des sanctions financières pour avoir osé critiquer l’Autorité palestinienne ou son président, Mahmoud Abbas. Le fait de blâmer Israël est toujours la solution la plus sûre, même dans les cas où cela est manifestement faux.

Les journalistes responsables, les ONG et les diplomates pourraient tenir compte de ce facteur de peur et tenter de creuser un peu plus loin pour mettre en lumière la vérité.

Au lieu de cela, ces formateurs d’opinion prennent tout ce qu’ils entendent des Palestiniens en Judée Samarie et Gaza à leur valeur nominale et sans critique. Cela ne va pas améliorer le sort des Palestiniens, mais renforcer les gouvernements répressifs contre les Palestiniens.

Le témoignage de ces réfugiés de Gaza en Grèce offre une occasion rare d’entendre ce que les Palestiniens disent lorsqu’ils sont hors de portée de leurs propres gouvernements répressifs et qu’ils peuvent parler librement. Il offre ainsi un aperçu de la véritable source de beaucoup de souffrance palestinienne et une absence de réprimande à tous ces journalistes, diplomates et ONG qui ont collaboré avec les deux gouvernements palestiniens pour cacher cette vérité au monde.

Vous avez un peu de temps libre ? Nous avons besoin de bénévoles pour une seconde lecture de nos articles : sud.israel@yahoo.fr

LE CHANGE DU JOUR

Click to comment

Laisser un commentaire

To Top
%d blogueurs aiment cette page :