attentat

Le Fatah d’Abbas condamne la mort de trois terroristes palestiniens par Israël : « C’est un crime de guerre »

Le Fatah, la faction politique du président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a condamné Israël pour avoir tué trois Palestiniens qui ont tué l’officier de police israélien Hadass Malka et ont blessé quatre autres israéliens lors d’une attaque terroriste  à Jérusalem , ce vendredi.

ABONNEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER GRATUITE !

Dans un communiqué, Le Fatah a qualifié les morts des trois assaillants, qui ont attaqué à deux endroits près de la vieille ville de Jérusalem, un « crime de guerre ».

Les trois assaillants étaient membres d’organisations terroristes palestiniennes, selon le Shin Bet .

Le Fatah « condamne le crime de guerre mené par les forces d’occupation israéliennes à Jérusalem contre trois adolescents palestiniens », a déclaré le porte-parole Osama al-Kawasme dans un communiqué. Le Fatah a ajouté que « le silence de la communauté internationale a encouragé Israël à répandre le sang des Palestiniens ».

Les trois terroristes, armés d’une arme automatique et de couteaux, ont mené des attaques simultanées dans deux endroits adjacents. Deux ont attaqué un groupe de policiers à la grotte de Zedekiah avec une arme et des couteaux automatiques, et un troisième a poignardé Hadass Malka à une courte distance de la porte de Damas.

La jeune femme de 23 ans est morte de ses blessures à l’hôpital Hadassah au Mount Scopus. Quatre autres personnes ont été légèrement et moyennement blessées dans l’attaque – y compris un policier et deux Palestiniens de Jérusalem-Est. Certains rapports ont déclaré que l’arme utilisée par les attaquants était bloquée, empêchant d’autres pertes.

Les attaquants ont été identifiés par l’agence de sécurité interne de Shin Bet comme Bra’a Salah et Asama Atta, tous deux nés en 1998, et Adel Ankush, nés l’année suivante. Ils ont été abattus par les forces de sécurité alors qu’ils perpétraient leurs attaques.

Les trois provenaient de Deir Abu-Mashal, un village près de Ramallah. Tous avaient déjà été arrêtés ou impliqués dans des activités terroristes, a déclaré le Shin Bet. Les forces de sécurité sont venues vendredi soir entourer le village de Deir Abu-Mash’al et entrer dans les maisons des assaillants pour interroger les membres de leur famille au sujet de l’attaque.

Le Hamas, l’organisation terroriste qui régit la bande de Gaza, a également condamné le tir des trois attaquants en tant que «crime par l’occupation».

Un porte-parole du mouvement, Hazem Qassem, a déclaré que l’attaque était « la preuve que le peuple palestinien menait une révolution contre l’ennemi ».

Il a également déclaré que l’attaque a montré que la politique de coordination de la sécurité de l’Autorité palestinienne avec Israël était fausse, l’appelant «un crime national».

Le Hamas a rejeté la déclaration de  l’État islamique revendiquant cet attentat et a déclaré que les trois assaillants étaient membres d’organisations terroristes palestiniennes (comme le Hamas). L’attaque a été menée par «deux Palestiniens du Front populaire pour la libération de la Palestine et le troisième du Hamas», a déclaré samedi le Hamas .

Dans le sillage de l’attaque, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a révoqué les permis d’entrée accordés aux Palestiniens pendant le mois sacré musulman du Ramadan pour rendre visite à leurs proches en Israël.

Israël a assoupli les restrictions à l’entrée des Palestiniens de Judée Samarie pour le Ramadan, y compris en autorisant les visites familiales quotidiennes du dimanche au jeudi.

Netanyahou a annulé les visites familiales à la recommandation du chef de police Roni Alsheich et du ministre de la sécurité publique Gilad Erdan, selon un communiqué de la police.

Netanyahou, cependant, n’a pas révoqué l’autorisation donnée aux Palestiniens âgés de plus de 40 ans de la Judée Samarie qui pourront entrer à Jérusalem pour les prières du vendredi, a déclaré la police.

Israël a annoncé le mois dernier qu’il s’agissait de restrictions restreintes au mouvement des Palestiniens vers et depuis la Judée Samarie et la bande de Gaza pendant le mois sacré du Ramadan, y compris un accès plus facile à la mosquée d’Al-Aqsa à Jérusalem, délivrant plus de permis de voyage et permettant à certains voyager à l’étranger. Les mesures étaient semblables à celles des années précédentes.

Au cours des 18 derniers mois, la Vieille Ville et la Porte de Damas en particulier ont vu plusieurs attaques de Palestiniens et, dans un cas, un ressortissant jordanien.

Depuis septembre 2015, principalement des assaillants palestiniens ont tué 43 Israéliens, deux Américains en visite et un étudiant britannique, principalement par des attaques de poignard, les tirs et les attaques de véhicules.

Israël a accusé l’incitation des dirigeants politiques et religieux palestiniens dans les mosquées et les sites de médias sociaux qui glorifient la violence et encouragent les attaques.

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top