Armée de Tsahal

Ministère du travail et des services sociaux : Certains soldats en détresse financière peuvent aller jusqu’à la prostitution…

Une enquête menée par le ministère du Travail et des services sociaux a démontré que 500 soldats estimés sont impliqués dans la prostitution, avec au moins six cas l’année dernière.

Recevez tous les matins dans un seul courriel nos dernières infos !

À la suite des rapports d’un certain nombre de soldats engagés dans la prostitution suite à une détresse financière, Aliza Lavie, présidente du sous – comité de la Knesset a décidé de lutter contre la traite des êtres humains et la prostitution, et a déclaré ce mercredi que l’armée n’a aucune idée de l’ampleur de la prostitution parmi ses soldats et devrait indiquer clairement que l’ engagement dans de tels actes est contre les valeurs de Tsahal (sans pour autant prendre des décisions claires pour comprendre pourquoi ces soldats sont en manque d’argent, dans une période de trois ans où il leur est interdit de travailler en parallèle de leur service militaire) !

Prenant la parole lors d’une réunion conjointe avec le comité des affaires étrangères et de la défense, Lavie a déclaré que l’armée israélienne doit identifier de manière proactive et aider ceux qui travaillent dans l’industrie du sexe, parce que cette situation est « inacceptable et ne correspond pas aux valeurs de l’armée israélienne ».

Les données du ministère et une organisation pour la jeunesse à but non lucratif qui aide les jeunes en détresse indiquent que 30% des personnes ont entre 18 et 22 ans, ce qui coïncident avec la période du recrutement dans l’armée, le service actif et peu après la fin de la période avec Tsahal.

« L’un des problèmes majeurs est que l’armée israélienne n’a pas de réelle indication du nombre de personnes engagées dans la prostitution pendant le service et, par conséquent, les ressources allouées pour faire face au phénomène sont limitées », a déclaré Lavie.

« Il est clair que l’augmentation du nombre de jeunes dans l’armée israélienne qui se livrent à la prostitution est plus grande que celle connue par le système », a-t – elle ajouté, soulignant que les difficultés financières rencontrées par les soldats qui éprouvent des difficultés à survivre uniquement de leurs salaires militaires influencent fortement leur choix de travailler comme prostitué(e)s ».

Selon une enquête menée pour le ministère du Travail et des services sociaux l’an dernier, il y a entre 11420 et 12.730 travailleurs du sexe dans tout le pays, composé d’environ 95 % de femmes et 5 % des hommes.

Environ 11 % des femmes prostituées sont mineures, alors que les deux tiers des femmes commencent à travailler dans le plus vieux métier du monde en raison d’une situation financière désespérée.

Bien que la prostitution soit illégale en Israël, selon un rapport Channel 2, l’industrie rapporte quelque 1,2 milliards de shekels par an.

Moshe Zaretsky, un ancien soldat Givati qui dirige aujourd’hui une organisation sociale, a dit qu’il est au courant de la prostitution à l’intérieur des bases de Tsahal, se référant à une femme de Givatayim qui a servi dans Givati. Elle avait besoin d’aide pour payer le loyer , elle a commencé à fournir des services sexuels à d’autres soldats contre de l’argent.

Selon le brigadier-général. (res.) Sharon Nir, le chef de Tsahal et conseiller du personnel sur les questions de genre, il n’y a pas de « phénomène » de prostitution au sein de l’armée israélienne.

Elle a décrit les « cas isolés » de trois à six soldats par an qui auraient participé à l’industrie.

Nir a dit que l’armée sait comment identifier les cas de soldats qui se livrent à la prostitution et peut leur fournir une aide, donnant à la fois un soutien financier et une thérapie dans un centre qui peut être contacté sans l’aide du commandant du soldat.

Bien qu’il n’y ait pas d’ordonnance interdisant la prostitution, Nir a dit que l’armée est ferme car ces agissement ne sont pas conformes aux valeurs de Tsahal, et il prévoit de publier une déclaration indiquant clairement aux soldats qu’ils ne sont pas ici pour se livrer à une telle activité.

Parce que l’armée israélienne est la dernière place pour les jeunes femmes pour obtenir de l’aide avant de devenir des adultes indépendants, Lavie a dit que l’armée doit lancer des campagnes de sensibilisation et d’éducation des soldats sur l’impact du phénomène.

« Le comité recommande et demande à l’armée d’être un pionnier à cet égard », dit – elle. « La prostitution n’est pas un choix. Nous encouragerons la législation interdisant l’utilisation de la prostitution, mais il est certainement approprié que l’armée doit servir de boussole morale pour la société civile et promouvoir la législation. Ce serait une déclaration importante ».

Dan Netivot – La roulotte du Hayal 

CAMPAGNE POUR SAUVER LE SITE

La nouvelle législation européenne ne nous permet plus aujourd'hui de financer correctement le site. Sans votre aide, le site fermera prochainement. Une participation de 5 €/mois serait la bienvenue !Malgré tous nos efforts, c'est la dernière solution pour vous donner une information quotidienne.

VIA PAYPAL (Sécurisé): ICI
VIA CB (Sécurisé) : ICI 

1 Comment

1 Comment

  1. yacotito

    24 mars 2017 at 15 h 57 min

    une telle loi est absurde: si certains soldats se livrent à la prostitution, c’est qu’ils ont une situation financiere intenable. A L’armée d’y pallier autrement que par une loi qui ne guérit pas les causes.

Laisser un commentaire

To Top