Banniere AlyaexpressNews 975 sur 150 Graphiste.
Antisemitisme et Antisionisme

Discours formidable de Netanyahu à Yad Vashem pour la Journée internationale de commémoration de la Shoah

Ce 26 janvier, au Centre Yad Vashem de Yerushalayim, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prononcé un discours magistral avant la Journée internationale de commémoration de la Shoah.

 

Voici le texte intégral de l’allocution du Premier ministre :

« Nous célébrons une journée internationale, à laquelle assistent ici des représentants de nombreux pays du monde entier.

Cette journée de commémoration en mémoire des victimes de la Shoah est lourde de sens. Nous remplissons notre devoir de ne jamais oublier, parce que chaque victime de la Shoah avait une histoire, une famille, une enfance ou un futur qui ont été détruits, éradiqués à jamais.

Lorsqu’on se rend dans ces salles, à Yad Vashem, on peut ressentir ce que devait être la vie personnelle de chaque victime. Il est encore plus poignant et plus déchirant, lorsqu’on pense à chacune de ces vies arrachée à son destin, d’imaginer l’étendue globale des horreurs qui ont été commises, quand on sait qu’elles ont frappé six millions de personnes, et qu’elles voulaient détruire tout un peuple, jusqu’au dernier de ses membres.

Il y a soixante-dix et quelques années à peine, six millions des nôtres ont été effacés de ce monde et réduits en cendres, par des forces du mal qui avaient eu recours à l’industrialisation du génocide humain pour tenter de nous faire disparaître de la terre et de son histoire.

En finalité, en nous souvenant de toutes les victimes de la Shoah, nous savons que nous ne devrons jamais oublier les racines de ce génocide qui a été le plus grand désastre de notre peuple. Je parle de la haine persistante et irrationnelle dirigée contre le peuple juif. Cette haine a abouti à l’assassinat de notre peuple lors de la dernière guerre mondiale, mais elle était née de l’intolérance.

Aujourd’hui, D.ieu merci, la Shoah est derrière nous, mais la haine et l’intolérance qui lui avaient donné naissance existent toujours.

L’antisémitisme, qui est la plus ancienne haine du monde, connaît un renouveau en Occident. Lorsqu’on voit cette haine s’étendre dans les capitales européennes, on n’en croit pas ses yeux. La montée de l’antisémitisme et la résurgence de l’antisémitisme que l’on peut constater, qui aurait pu l’imaginer ou croire que cela serait encore possible, il y a quelques années seulement ?

Il est vrai que les gouvernements ont fait preuve de responsabilité dans leur ensemble, en Europe orientale et en Europe occidentale. Mais il est également vrai que cette haine antisémite bouillonne lorsqu’elle sort de ses entrailles, et qu’elle se répand à nouveau dans l’histoire de nos jours.

Pourtant, aussi troublant que cela soit, le plus grand danger auquel nous sommes confrontés, en plus de la haine dirigée contre le peuple juif et l’Etat juif, vient de l’Est. Il vient de l’Iran. Il provient du régime des Ayatollahs qui attisent ces flammes de haine et appellent à la destruction pure et simple de l’Etat juif, rien moins que cela.

J’aimerais que vous réfléchissiez à ce que vous répondriez à un régime qui déclarerait publiquement son intention d’éliminer toute personne noire, toute personne gay, ou toute personne européenne. Je pense que le monde entier en serait indigné, et à juste titre.

Il est dès lors très étonnant que lorsqu’un régime appelle purement et simplement à éliminer tous les Israéliens, jour après jour, au nom de ses chefs les plus éminents, on n’observe en retour de la communauté internationale aucune réaction. Pas un mot, rien qu’un silence infini plus lourd que le plomb.

Cela peut changer, et j’espère que cela sera le cas. Je parlais il y a quelques jours au président Trump, à propos des menaces agressives iraniennes. Il a parlé de l’engagement de l’Iran à détruire Israël. Il a parlé de la nature de l’accord nucléaire conclu sous la présidence d’Obama, et du danger que cet accord représente. Nous en avons parlé ensemble.

Je ne parle pas uniquement en termes politiques. Je parle également en termes de conscience. L’histoire montre qu’il a été possible il y a quelques décennies de prétendre et vouloir que le peuple juif soit voué à la destruction, et que peu de consciences avaient eu le courage de se lever et de s’y opposer.

Aujourd’hui , la même attitude de vouloir détruire le peuple juif d’Israël est ouvertement affichée par d’autres états que celui qui avait créé la Shoah, et pour cette raison, nous devons nous y opposer avec force, puissance, résistance et cohérence, non seulement en paroles mais aussi en actes.

En tant que Premier ministre d’Israël, je ne masquerai pas les menaces persistantes de destruction du peuple juif par mon silence. Je n’ai jamais gardé le silence, et Israël ne restera pas sans réponse non plus.

Nous prendrons toutes les mesures dont nous avons besoin pour nous défendre, et nous ferons tout ce qui est nécessaire pour empêcher l’Iran d’obtenir les moyens de planifier un autre génocide, ou de mener à bien ses plans horribles.

Nous ne pouvons pas rester silencieux face à l’objectif de l’Iran de détruire Israël, comme l’annoncent publiquement ses dirigeants.

La question concerne non seulement l’Etat juif, mais également le peuple juif tout entier. L’histoire nous montre que cette haine dirigée contre notre peuple était restée incontrôlée avant d’aboutir au génocide de la Shoah. En réalité, et à bien des égards, c’est-ce qui se passe à nouveau aujourd’hui.

Il appartient donc aux forces de la civilisation, de la conscience et de la responsabilité de s’unir pour arrêter tout processus de haine dont l’objectif est génocidaire, comme c’est le cas de l’Iran aujourd’hui.

Le régime qui avait engendré la Shoah, le nazisme, a fini dans la poubelle de l’histoire. Aujourd’hui, cela devrait être une leçon pour l’Iran, et cela devrait également être une leçon pour tous les ennemis du peuple juif et de l’Etat juif.

Nous ne pourrons jamais oublier les victimes de la Shoah. Nous ne permettrons jamais une autre Shoah, ni dans ce lieu, ni ailleurs.

Un grand nombre de dirigeants étrangers sont venus ici, à Yad Vashem. Nous traversons avec eux les différentes salles, dont nous voyons les expositions. Ces dirigeants étrangers sont visiblement secoués, et quand nous sortons, je leur dis à chacun : « Vous savez, en tant que Premier ministre d’Israël, j’ai un travail à réaliser : faire en sorte que nous n’ayons plus jamais besoin d’institutions comme Yad Vashem ». Voilà en quoi nous devons tous nous sentir engagés.

Nous vous remercions de votre aide et de votre participation à cet effort noble et indispensable.

Merci à tous. »

35 % de réductions sur les produits de la Mer Morte pour les hommes

1 Comment

1 Comment

  1. Myriam

    29 janvier 2017 at 20 h 03 min

    Comme toujours Bibi a su trouver avec justesse les mots exacts, aussi suis-je très fière de notre premier ministre et de ses résolutions visant les juifs du monde entier et d’Israel,
    Si nous avons survécu à la shoah, avec l’aide de D. Nous continuerons par l’union à maintenir les enseignements de notre Torah

Laisser un commentaire

To Top
%d blogueurs aiment cette page :