Armée de Tsahal

Diminution de jeunes israéliens au sein des unités combattantes de Tsahal

Les quotidiens Yedioth Ahronoth et Israël Hayom consacrent leur première page à la diminution constante du nombre de jeunes Israéliens disposés à servir dans des unités combattantes de Tsahal lors de leur service militaire obligatoire.

Yedioth note une baisse de près de 2 pour cent des recrues qui cherchent à se lancer dans des unités de combat en 2017, une «nouvelle tendance inquiétante» qui témoigne d’un changement plus important dans la société israélienne.

Selon le document, la diminution de l’intérêt pour les unités de combat est surtout par la volonté des jeunes israéliens, de se lier à la technologie, aux unités de cyber-défense ou à d’autres rôles qui leur permettent de se rapprocher de la maison et de leur offrir une formation pratique dans une compétence commercialisable et future apres leur service militaire.

Tsahal nie toute corrélation entre le procès de Elor Azria et le déclin de la motivation des recrues de combat, soulignant que la demande de servir dans la Brigade Kfir où se trouvait Azria a monté en flèche et beaucoup veulent aussi servir comme garde des frontières (Magav).

L’armée déduit également que le service de combat sexuellement mixte dans certaines unités a un effet négatif sur la motivation. Le déclin de la motivation découle aussi des changements sociaux en Israël.

D’une part, une décennie après qu’Israël était confronté à une guerre réelle, aveugle, alors que les roquettes du Hezbollah frappaient des populations civiles dans le nord, il y a eu une baisse du statut social des soldats de combat. Dans le même temps, les cyber-guerriers ont gagné le statut de gangbusters, et les FDI, pour leur part, ont poussé l’enrôlement dans des unités technologiques telles que 8200, des unités de cyber-combat et des unités de technologies de l’information et des communications (TIC).

Dans une colonne, le correspondant militaire de Yedioth, Yossi Yehoshua, met en garde les nouveaux points de données sur la faille croissante entre les soldats de combat et de non-combat (Jobnik).

‘Derrière la tendance, il y a une faille entre les unités technologiques et les soldats de combat qui n’influent pas seulement sur leur service de l’armée, mais aussi leur droit de réserve … Lorsque les soldats de combat sont libérés du service actif, ils sont confrontés à plus de 20 ans de service de réserve alors que leurs homologues qui servent dans des unités technologiques doivent seulement servir quelques années, le cas échéant ‘.

Il appelle les FDI à augmenter de manière significative le salaire minimum des soldats de combat de l’actuel salaire de 1 620 shekels . Les soldats non-combattants reçoivent actuellement 1 200 shekels sans toucher une arme et avec beaucoup plus de liberté pendant et apres l’armée. Chaque soldat de combat reçoit une carte de points pour les biens et les avantages; Et les FDI paient les frais de scolarité des soldats de combat pendant une année apres leur fin de service.

L’analyste Yoav Limor dit que la «migration» en motivation qui dure depuis plusieurs années nécessite un canal radiculaire et non un remplissage.

‘Ce n’est pas seulement un problème militaire … mais une question nationale qui nécessite une réponse nationale’, écrit Limor.

Contrairement à Yedioth et Israël Hayom, Haaretz ne fait aucune mention des dernières données publiées par les FDI.

1 Comment

1 Comment

  1. thug life

    22 août 2017 at 20 08 41 08418

    Normal y z’ont pas de couilles c baltringue comme tout les Israéchiens puants

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top