Général

Des centaines de Juifs célèbrent Lag Baomer à Djerba sous haute sécurité

Des centaines de juifs ont célébré la fête de Lag Baomer dans la synagogue Al Gribha sur l’île tunisienne de Djerba, considéré comme la synagogue la plus ancienne en Afrique du Nord, dans une atmosphère de joie extrême.

ABONNEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER GRATUITE !

Les hymnes traditionnels, les processions et les réunions des Juifs de Tunisie sont arrivés partout dans le monde et en particulier d’Israël et de France, la plupart ont « bu beaucoup d’alcool », a déclaré Maria Tozri, l’un des participants.

Tozri, est tisserand de laine artisanale et vit sur l’île et collabore avec de jeunes potiers qui rénovent la célèbre céramique de l’île, depuis la grande affluence de pèlerins juifs, qui a triplé le nombre par rapport aux années précédentes.

« Cette année, nous avons célébré la fête comme depuis de nombreuses années, avec un grand nombre de personnes qui ont participé à diverses activités, il y a eu des cérémonies religieuses. Nous avons chanté, allumé des bougies et marché dans les environs de la Gribha «

« Et nous avons aussi mangé les fameux œufs frits enveloppés dans des feuilles de brik et de la liqueur de figues autrement nommé Bokha, » dit-il avec son grand sourire.

Jean de la Goulette, un jeune tunisien rénovateur, a déclaré, quant à lui, que « l’augmentation de la participation est due en partie à l’amélioration de la sécurité en général et en particulier sur l’île.

« La police sur place a imposé des imposants contrôles en tout lieu et heure de la journée, devenant quelque chose de lourd pour la présence des visiteurs, » .

Les contrôles ont été particulièrement important ce dimanche, le jour où le Premier ministre tunisien Yusef CAHED, accompagné des ministres du Tourisme, Salma Elloumi, et de l’Intérieur, Hedi Majdoub se sont rendus sur les lieux.

Dans un bref discours aux autorités juives et pèlerins, le chef du gouvernement tunisien a déclaré que « la Tunisie restera un pays ouvert et où les religions peuvent cohabiter ».

Considéré comme la plus ancienne en dehors d’Israël, la synagogue la Gribha est le temple de la plus grande communauté juive en Afrique pouvant faire entrer entre 700 et 800 personnes, a rappelé Yaakov Lelouche, directeur de la fondation « Donnez à la  Gribha » ou « Maison mémoire « .

Un temple qui faisait partie du réseau de 600 synagogues répartis dans tout le pays au début du XXe siècle et dont beaucoup ont disparu.

Yaakov a prédit que si le niveau actuel de pèlerinage et les mesures de sécurité continue à croître dans les années à venir, le nombre de personnes qui combinent le tourisme religieux pour des vacances à Djerba sera aussi trés élevé.

La plupart des Juifs qui habitent les deux grands quartiers juifs restent dans cette île touristique.

Une communauté très conservatrice, attachée aux traditions, qui diminue chaque année et reste en partie grâce à l’argent qu’il recueille à Lag Baomer et par les associations de bienfaisance tels que « Le comité Jewish Joint Distribution-américain« basée à New York.

Bien que beaucoup partagent l’espace dans le shouk avec leurs collègues musulmans, il y a peu de progrès en matière d’intégration dans des institutions telles que l’éducation et la santé, où le contact au cours des dernières décennies est respectueux, mais limité.

Selon les historiens, la présence juive sur l’île de Djerba remonte à l’époque de la première émigration, en 586 avant JC.

En 1948, selon les chiffres du professeur Sergio de la Pergolla, de l’Université hébraïque de Jérusalem, 150.000 Juifs vivaient en Tunisie, principalement dans la capitale, la ville voisine de la Goulette et Djerba, mais aussi dans d’autres régions du nord, comme Kef et Médenine -limítrofe avec l’Algérie, dans le sud.

Aujourd’hui, il y a plus de 6000 juifs: la plupart ont émigré en France et en Israël dans les années 60, poussés par la persécution déchaînée par la population musulmane après la défaite arabe dans la guerre d’indépendance d’Israël en 1948, en 1956 dans le Sinaï et 1967 lors de la guerre des Six jours avec l’Egypte, la Syrie et la Jordanie.

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top