L'Actualité en Israël

Crise de l’électricité | Le Hamas renforce ses liens avec l’Iran et le Hezbollah afin de mieux contrer le Fatah

Comme la situation sur le terrain dans la bande de Gaza est de plus en plus grave, en particulier compte tenu de la menace de réduire l’approvisionnement journalier en électricité de 4 heures par Israël à 3 heures demandées par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le gouvernement du Hamas a décidé de se tourner vers le côté sombre.

ABONNEZ VOUS A NOTRE NEWSLETTER GRATUITE !

Selon IRNA, un haut responsable du Hamas, Taher Al-Nono, a déclaré lundi à la chaîne de télévision par satellite Al Mayadeen dans une conversation téléphonique que le Hamas cherche à renforcer ses relations cordiales avec ses alliés en Iran et au Liban, ainsi qu’avec le Qatar et la Turquie.

Pendant ce temps, selon Ma’an, le vice-président du Hamas à Gaza, Khalil al-Hayya, a appelé dimanche à un « front national de secours » contre l’Autorité palestinienne, et a confirmé que le Hamas collabore maintenant avec le chef du Fatah licencié dans la bande de Gaza , Muhammad Dahlan.

Dahlan était responsable de la sécurité préventive à Gaza après la signature des Accords d’Oslo. Il a construit une force de 20 000 hommes, ce qui en fait l’un des dirigeants arabes les plus puissants et sous la protection de la CIA et de l’intelligence israélienne.

Il était connu pour avoir torturé les détenus du Hamas tout au long des années 1990, dans ce qui a été renommé «Dahlanistan» à l’époque. En 1997, il a été révélé que Dahlan détournait 40% des taxes prélevées au passage de Karmi (environ 350 000 $ par mois) sur son compte bancaire personnel.

En juin 2011, Dahlan a été expulsé du Fatah en raison des réclamations répétées d’Abbas selon lesquelles il avait assassiné Yasser Arafat. En décembre 2014, il n’a pas comparu à son procès à Ramallah et a été jugé par contumace.

Al-Hayya a déclaré que le Hamas avait accepté de coopérer avec le rival d’Abbas « pour travailler ensemble sur les intérêts sociaux après que Abbas ait paralysé ces intérêts ». Il a accusé l’AP pour sa décision de réduire son approvisionnement en électricité de la bande de Gaza. « Nous ne nous arrêterons pas lorsque ces pratiques conduiront à la privation des médicaments », a déclaré Al-Hayya dans un communiqué. « Cette politique nous unit tous à Gaza et consolide notre conviction que notre situation est déjouée par Mahmoud Abbas ».

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top