Banniere AlyaexpressNews 975 sur 150 Graphiste.
L'Actualité dans le Monde

Comment l’UNRWA vole l’argent de ceux qui en ont le plus besoin – Par Agnès.

Un enfant syrien : "J'ai vu comment ils ont assassiné mon père". Réfugié dans l'est du Liban, Marwan, sept ans, a vécu de près la guerre en Syrie et tente maintenant de surmonter ses traumatismes dans un camp géré par l'ONG "Terre des Hommes".

Un enfant syrien : « J’ai vu comment ils ont assassiné mon père ». Réfugié dans l’est du Liban, Marwan, sept ans, a vécu de près la guerre en Syrie et tente maintenant de surmonter ses traumatismes dans un camp géré par l’ONG « Terre des Hommes ».

 

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés est une menace pour son manque d’opération de secours en faveur des réfugiés syriens, qui sont actuellement au nombre de 1,3 million et ne reçoivent pas les fonds nécessaires. L’agence indique qu’elle a reçu seulement un tiers de 1 milliard de dollars en Juin, et seulement 400 millions de dollars des bailleurs de fonds sur la somme de 1,5 milliard de dollars promis plus tôt cette année.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a averti expressément qu’en l’absence de plus de fonds, le HCR devra arrêter la distribution de vivres aux réfugiés au Liban le mois prochain. Et la Jordanie, qui a la plus grande population de réfugiés syriens, est menacée de fermer ses frontières aux nouveaux entrants à moins que davantage d’aide d’urgence sont à prévoir.

Pendant ce temps, une autre agence de l’ONU jouit d’un financement confortable d’environ 1 milliard de dollars par an pour aider un groupe très différent de réfugiés qui vivent généralement dans des foyers permanents plutôt que des tentes précaires ou des camps de fortune, qui n’ont jamais affronté le traumatisme de la fuite, ayant vécu toute leur vie dans le lieu où ils sont nés, qui ont souvent des emplois qui offrent un revenu au-dessus de leurs prestations de réfugiés, et qui bénéficient d’un accès régulier à l’éducation, la santé et tous les autres avantages de la vie de non-réfugiés.

En bref, ces «réfugiés» sont infiniment mieux lotis que leurs frères syriens, mais leur financement généreux se poursuit tranquillement, contrairement aux réfugiés syriens confrontés au manque de nourriture et d’eau potable. Je parle, bien sûr, de l’UNRWA.

Il est clair depuis longtemps que l’UNRWA qui traite exclusivement avec les réfugiés palestiniens, alors que le HCR assume la responsabilité de tous les autres réfugiés de la planète, est un obstacle majeur à la paix israélo-palestinienne. Depuis, à la différence du HCR, il accorde le statut de réfugié aux descendants des réfugiés d’origine à perpétuité, le nombre de réfugiés palestiniens a gonflé de 700.000 en 1949 à plus de cinq millions aujourd’hui, alors même que la population de réfugiés non palestinien dans le monde a diminué de plus de 100 millions à moins de 30 millions.

En outre, si l’objectif principal du HCR est de réinstaller les réfugiés, l’UNRWA n’a pas réinstallé un seul réfugié dans son histoire: De par sa définition, les réfugiés restent réfugiés, même après l’acquisition de la citoyenneté dans un autre pays. Il a ainsi perpétué et exacerbé le problème des réfugiés palestiniens au point où il est devenu le plus grand obstacle à un accord israélo-palestinien: Israël ne peut pas absorber cinq millions de réfugiés palestiniens (mais il pourrait facilement absorber les moins de 50.000 réfugiés originaux qui restent encore ) vivant, mais en vertu des règles de l’UNRWA, le statut de réfugié met fin seulement par la réinstallation en Israël.

Mais la raison la plus fondamentale pour l’abolition de l’UNRWA est le mal qu’il fait aux vrais réfugiés les plus vulnérables du monde, comme les Syriens. Le HCR a la flexibilité budgétaire nécessaire pour détourner temporairement l’aide aux Palestiniens, qui en ont moins besoin par rapport aux  Syriens d’ aujourd’hui. Au lieu de cela, on est obligé de regarder, impuissants, les réfugiés syriens sans toit et affamés et 1 milliard de dollars d’aide gaspillés pour les Palestiniens avec des maisons, des emplois, et tous les conforts de la vie sédentaire.

Ainsi, toute personne qui prétend accomplir une véritable mission humanitaire devrait demander  l’abolition de l’UNRWA et le transfert d’argent aux  Palestiniens sur les auspices du HCR. Malheureusement pour les Syriens il semble que beaucoup de travailleurs humanitaires autoproclamés du monde préfèrent nuire à Israël au lieu d’aider ceux qui ont le plus besoin.

Par Agnès pour Alyaexpress-News.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: L’UNRWA en faillite pourrait fermer les écoles des « réfugiés palestiniens » | © Alyaexpress-News

Laisser un commentaire

To Top
%d blogueurs aiment cette page :