Armée de Tsahal

A 17 ans, elle entre dans une unité d’élite de Tsahal et commande une quinzaine de soldats un an plus tard…

Comment les IDF aident les adolescents israéliens à se réinventer…

Tous les jeunes, quel que soit leur contexte, ont la possibilité d’être sélectionnés pour les unités les plus prestigieuses des Forces de défense israéliennes.

Alors que les aînés du secondaire dans d’autres pays sont préoccupés par les décisions liées à l’université, les aînés israéliens se préparent au service obligatoire dans les Forces de défense israéliennes (IDF) pendant environ trois ans pour les hommes, deux ans pour les femmes et entrent en compétition pour les unités d’élite. D’une certaine manière, leur service militaire est l’aboutissement de leurs expériences d’enfance et de jeunesse.

Pour certains jeunes, l’IDF sert de redémarrage, offrant l’occasion de regarder et de dévoiler des capacités cachées et des qualités qu’ils n’ont pas eu la chance de montrer. Ceci est particulièrement vrai pour ceux qui continuent à former les agents, ajoutant au moins une autre année de service.

L’IDF facilite un environnement de réflexion et de découverte du potentiel de soi.

 » Je suis entré dans Tsahal, comme la plupart de mes amis israéliens, à l’âge de 18 ans mais avant j’ai été recruté à 17 ans dans l’une de ses unités de renseignement d’élite et, dans un délai d’un an, j’ai commandé une équipe de 15 soldats, plus anciens et plus expérimentés que je l’ai été.

Les défis auxquels nous sommes confrontés en tant qu’équipe dans un environnement technologique hautement avancé, et ceux que j’ai rencontré en tant que jeune commandant ont renforcé la prise de responsabilité que nous avons endossée; Et notre volonté de résoudre tout problème me surprend encore 20 ans plus tard.

En 2015, les FDI avaient 176 500 conscrits et 445 000 réservistes. Pour chaque soldat, entre deux et vingt, il y a un officier, pour chaque 20 à 40 soldats, un chef de peloton et un commandant généralement entre 40 et 100 soldats. Le processus de dépistage et de classification est
complètement opérationnel et s’est révélé très précis et efficace, jouant un rôle important dans l’orientation des jeunes dans leur carrière et leurs parcours de vie.

Compétences et potentiels sont les valeurs recherchées.

Comment les FDI choisissent-ils les adolescents et les placent-ils dans les rôles les plus appropriés lorsque les candidats n’ont pas de CV et aucun antécédents ou réalisations pertinentes? Par nécessité, l’IDF se concentre sur les compétences et le potentiel, plutôt que sur la connaissance et l’expérience.

Le processus de recrutement commence formellement avant l’âge de 17 ans, avec une notification officielle. Le tzav rishon , « premier ordre », se concentre sur les bases; Les enrôlés sont interviewés et évalués en fonction de leur capacité à lire et à écrire l’hébreu, des détails personnels et un résumé de leurs rapports scolaires récents.

La deuxième notification arrive peu de temps après et est consacrée à un examen médical approfondi suivi d’une entrevue psycho-technique. L’interviewer est un soldat, spécialement formé après un cours de quatre mois sur les techniques d’évaluation, la psychologie, les relations interpersonnelles et la reconnaissance des problèmes mentaux et du stress.

Le but principal de cette entrevue est de tracer les traits de personnalité du recruteur: la motivation, la capacité de résister au stress,aux comportements sociaux / antisociaux, et d’évaluer la pertinence pour des rôles spécifiques dans les IDF.

Le système de notation a été développé par le Prix Nobel et Prof. Daniel Kahneman, un père fondateur de l’économie comportementale , qui à l’âge de 21 ans a trouvé un moyen d’évaluer les candidats aux devoirs de combat dans l’armée israélienne.

D’apres les profils médicaux et de notes d’entrevues détaillées, les FDI sont prêts à évaluer les candidats pour certaines unités de bénévoles en supposant que l’évaluation psycho-technique détermine l’aptitude. Ces rôles comprennent l’équipage, les devoirs maritimes et certaines fonctions de forces d’élite.

Ceux qui sont ciblés auront des documents écrits sur les rôles et seront invités à des tests psycho-techniques plus complexes, des contrôles médicaux spéciaux et des entretiens avec des psychologues et des agents des unités concernées. Chaque unité IDF dans cette catégorie a ses propres critères d’acceptation.

Le gibush

Les candidats ayant les bons scores médicaux, de forme physique et d’intelligence reçoivent une invitation pour l’équivalent israélien de la sélection et l’évaluation des forces spéciales américaines, appelée « gibush » dans les FDI et traduit par la traduction en «formation».

Deux fois par année, des centaines d’espoirs ainsi qualifiés subissent des tests rigoureux pour obtenir une place dans certaines des unités les plus exclusives de Tsahal. Ils sont examinés sur la force, l’endurance physique et mentale, et les compétences collaboratives et coopératives. Leur évaluation est basée sur une série de missions physiques et émotionnelles issues des exercices de sprints mentaux , et ils sont suivis par les commandants pour s’assurer qu’ils peuvent gérer les activités exigeantes de ces unités.

La plupart des unités s’intéressent à ce que les candidats peuvent faire, aux défis auxquels ils peuvent ou ne peuvent pas faire face, et à quelle moment ils peuvent apprendre différentes compétences. Bien qu’il existe des rôles spécifiques qui requièrent des connaissances approfondies en sciences ou en compétences techniques, la plupart des unités de combat de soutien au combat, de non-combat et de renseignement ne nécessitent pas de qualifications techniques ou académiques antérieures.

À cet égard, tous les jeunes, quel que soit leur contexte, ont la possibilité d’être choisis pour les unités les plus prestigieuses et les élites; De plus, vous pouvez également devenir l’officier de rang le plus élevé des FDI sans avoir terminé l’école secondaire avant de rejoindre l’armée. Au fur et à mesure que les soldats avancent dans les rangs, ils sont envoyés pour une formation académique supplémentaire). Ce système de sélection ignore presque complètement le passé d’une personne ou son manque de connaissances pratiques et recherche plutôt des compétences, des capacités et du potentiel.

Ce n’est pas le cas dans d’autres armées occidentales, en particulier sur les routes traditionnelles pour devenir officier militaire. L’armée britannique ne permet qu’à ceux qui ont des antécédents scolaires positifs de devenir officiers. L’armée américaine également; Les agents enrôlés entrent dans l’armée avec un diplôme d’études collégiales de quatre ans et ensuite rejoignent le chemin pour devenir officier, tandis que les mandataires sont promus à des rangs plus élevés en raison de leur expertise technique. Dans l’armée française, les postes supérieurs sont plus accessibles à ceux qui ont réussi un enseignement supérieur.

En conséquence, les adolescents britanniques, américains et français peuvent devenir des officiers directement après le lycée ou le collège et ils sont donc examinés pour des compétences qui ne sont pas liées à la formation militaire, au champ de bataille ou à la communication quotidienne et à l’interaction avec leurs pairs.

Cela a deux implications importantes : Premièrement, il est peu probable que les personnes qui ne pouvaient pas avoir une bonne éducation dans leur jeunesse ne deviennent pas des agents; Et deuxièmement, il existe une distinction claire entre les conscrits qui sont physiquement et mentalement familiers avec la vie de l’armée et les officiers qui ont passé du temps dans la classe et qui devraient alors commander ceux qui ont une expérience de champ de bataille réelle.

Il est discutable s’il est important pour un officier d’expérimenter la vie sur le champ de bataille ou même d’une formation intense avant de commander ceux qui en ont. Mais le fait est qu’il existe des différences importantes entre les armées dont les officiers n’ont pas d’expérience pratique et les FDI, dont les officiers sont avant tout des soldats.

Processus évolutif

Une fois qu’un soldat a prouvé ses compétences et son potentiel d’être un bon officier, il sera considéré comme un candidat à la formation des officiers en remontant les grades.

Donc dans la pratique, les soldats sont recrutés pour des rôles de commandement au sein de l’unité. Ceux qui les choisissent sont des agents qui les ont observés de leur formation initiale à leur service actif et recherchent des qualités et des traits de personnalité pertinents à l’activité militaire réelle.

En effet, le succès du processus de sélection, en particulier dans l’unité 8200 – l’unité de renseignement d’élite des IDF – est le résultat du processus lui-même. Et le processus est constamment révisé à partir de nouvelles perspectives par des diplômés récents ou des soldats au sein de l’unité, qui sont très au courant de ses besoins et de la façon dont elle fonctionne et sont dans la position optimale pour évaluer les personnalités qui peuvent convenir à l’unité.

Et autant d’examinateurs sont en service de réserve (les citoyens qui reviennent régulièrement dans l’armée pendant quelques semaines chaque année), le processus intègre les perspectives et les expériences militaires et civiles.

Le processus de sélection de l’unité 8200 est un processus évolutif qui a permis aux générations d’être parfait et continuera évidemment à évoluer. Il s’améliore chaque année et accumule plus de nuances de gris. Il y a trois décennies, par exemple, il existait une nette division entre l’intelligence et les unités technologiques. Avec le temps, ces lignes sont devenues plus nuancées et de nouvelles conditions d’admission ont été appliquées en conséquence.

Les postes en 8200, où tous les rôles en la matière nécessitent de la force dans divers domaines, y compris le travail d’équipe, la persistance, l’endurance, les compétences techniques, un talent pour les langues et plus encore. Comme le travail devient plus complexe, il en va de même pour les conditions de sélection.

Par exemple, l’examen lui-même peut se concentrer sur l’enseignement d’une nouvelle langue pour voir comment le candidat peut le gérer. Ceux qui se montrent prometteurs continueront à suivre le cours de langue et, dans les six mois, les cadets deviennent très compétents dans cette langue.

Mais ces évaluations considèrent beaucoup plus que la maîtrise des compétences spécifiques; Ils testent la force psychologique, la motivation et la capacité de travailler en équipe.

Seulement 1% des jeunes les plus talentueux passent par le processus de sélection et rejoignent ces unités d’élite. C’est le choix de la cerise sur le gateau…

Au moment où ils commencent le cours actuel, les candidats sont considérés comme faisant partie de l’unité. Le but de la plupart de ces cours n’est pas d’écraser, mais de préparer les recrues pour le service. Il y a des décrochages inévitables, mais le dépistage est effectué pendant la courte période de service avant le cours pour prédire qui va passer. Avec le temps, les instructeurs de cours alloueront des postes appropriés en fonction de la performance, de la familiarité avec les différentes positions disponibles dans leur unité. À ce stade, il n’y a plus de question si elles correspondent, mais où elles vont correspondre.

Au-delà des unités d’élite, l’expérience de l’IDF indique aux employeurs potentiels le type de processus de sélection qu’ils ont eu précédemment et les compétences et l’expérience pertinente qu’ils possèdent déjà.

Les anciens combattants de l’armée possèdent certains ensembles de compétences qui peuvent non seulement être pertinents mais essentiels à leur carrière sur le marché du travail en général. Une expérience de trois ans dans une unité de combat, par exemple, peut ne pas vous avoir donné des compétences en programmation, mais cela montre certainement une capacité à s’adapter, à supporter, à collaborer et à apprendre rapidement.

Lorsque les employeurs scrutent le CV d’un ancien combattant des FDI, ils savent que le candidat est conscient de ce qu’un général israélien appelle «la valeur de cinq minutes lorsqu’il faut prendre des décisions importantes dans le brouillard d’ambiguïté. C’est une compétence tout aussi précieuse sur le champ de bataille d’entreprise que sur le réel.  »

Par Inbal Arieli*

Inbal Arieli était lieutenant dans l’unité d’élite de l’ Intelligence 8200 et a ensuite joué un rôle de premier plan dans le secteur israélien de la haute technologie. Elle est conseillère principale de Start-Up Nation Central et elle est actuellement co-PDG de Synthesis. Inbal travaille à explorer comment la culture israélienne engendre des entrepreneurs dès leur plus jeune âge. Vous pouvez la suivre sur son blog ou sur Twitter , Facebook et Medium .

Click to comment

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top