Judaïsme

44 rabbins s’opposent à la proposition du divorce de Tzohar :  » Cela va augmenter le nombre d’enfants Mamzer »

Un document obtenu par le site Srugim, signé par des dizaines de rabbins, y compris les rabbins ultra-orthodoxes comme Rav Moshé Sternbuch, Avraham Auerbach et Shlomo Yossef Mahfoud, ainsi que des dirigeants avec des positions religieuses-sionistes, tels que les rabbins Avigdor Nebenzahl et Dov Lior, ont attaqué une prise de décision proposée par le groupe rabbinique orthodoxe moderne Tzohar, en disant qu’en réalité «cet accord de mariage signifie la destruction même de la religion, obligeant les individus à pécher en relations avec une femme mariée et en augmentant le nombre d’enfants mamzerim suite des relations d’adultère »

Rabbi Avraham Stav, qui enseigne à Har Etzion Yeshiva et membre de Tzohar,  explique les détails de cette proposition, en disant que «lorsqu’un conjoint annonce son désir de rompre le mariage,  alors une période de 6-9 mois afin d’essayer de restaurer le mariage avec l’aide d’un professionnel.

Lettre anti-prénuptuelle

À la fin de cette période, si les tentatives échouent, le conjoint qui décide de retarder le divorce devra payer un paiement mensuel à l’autre partie d’environ 1 680 $ ou la moitié de son salaire mensuel, selon le montant le plus élevé.

‘Ce montant devrait permettre au conjoint« bloqué » une existence digne qui correspond au niveau de vie auquel il est habitué, comme les aliments et le logement», explique Rav Stav.

Cet accord financier entre conjoints, prend effet lorsque une condition spécifiée est remplie, dans ce cas, lorsqu’un des deux quitte la maison.

Rabbi Nebenzahl, ancien doyen de la Yeshivat Netiv Aryeh, membre du corps professoral de Yeshivat HaKotel et chef spirituel de la synagogue de Ramban dans la vieille ville de Jérusalem, a écrit que «celui qui incite les individus à signer un tel accord n’est pas un rabbin orthodoxe et ce ne sont pas des décisions halakhiques (selon la loi juive).

Le rabbin Dov Lior, ancien rabbin d’Hébron et Kiryat Arba, a écrit: ‘Cet accord est contraire aux principes fondamentaux de la halakha et peut entraîner de sérieux problèmes de divorce et d’adultère, en plus de la destruction de la sainteté de la vie familiale.
Un tel accord a déjà été rejeté par les principaux rabbins d’Israël ‘.

Rabbi Lior a fait référence à une proposition d’accord du même style présenté par le mouvement Na’amat, qui a été rejetée par les rabbins en chef d’Israël dans les années 1980.

La liste des 44 rabbins comprend le président de la yechiva de Har Hamor, le rabbin Tzvi Tau, qui cite le rabbin Abraham Isaac Kook, qui a affirmé sans ambiguïté que «l’obtention d’une mesure contre la volonté du mari est sans valeur».

Le Rabbinat en chef en Israël, c’est aussi le tribunal juif le plus efficace au monde lorsqu’il s’agit d’imposer un gain, y compris un séjour en prison.

En outre, l’état d’esprit d’un mari qui a signé l’accord prénuptial de Tzohar peut être affecté par les conséquences financières au point où son obtention ne peut être donnée de manière purement volontaire.

La proposition de Tzohar, dans sa tentative d’obtenir un accord sans la participation de la Cour rabbinique, peut effectivement créer le type de contrainte qui met en cause et met en péril le statut halakhique des enfants de l’épouse divorcée avec son nouveau mari.

Le rabbin de Tzoar Avraham Stav répond à cette affirmation en disant que les paiements, bien que punitifs, sont également un soutien nécessaire pour une femme qui, autrement, se retrouverait dans la rue.

Tzohar doit encore publier une réponse officielle suite à l’attaque de sa proposition.

1 Comment

1 Comment

  1. polfar

    12 juillet 2017 at 17 05 22 07227

    Je crois qu il se agit de guet pas de gain dans la phrase: »lorsque il agit dun gain »

La liberté d'expression est aujourd'hui, un droit, laisser votre commentaire

To Top